Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
#on en parle
Présidentielle 2017

Alain Juppé tacle Nicolas Sarkozy pas encore candidat

La position ambiguë de Nicolas Sarkozy, pas encore candidat mais déjà en campagne pour la primaire fait grincer des dents dans son propre camp. Alain Juppé a envoyé un tacle au président des Républicains, affirmant qu’il doit clarifier sa situation, question de moralité

Candidat officieux, mais pas officiel... Ça gronde du côté des Républicains, alors que Nicolas Sarkozy ne s’est pas encore déclaré officiellement candidat. Dans son camp, ils sont nombreux à trouver la situation gênante. Un point en particulier inquiète les différents candidats à la primaire, celui des fonds utilisés actuellement par Nicolas Sarkozy pour mener sa « campagne ». Parmi eux, le candidat Alain Juppé qui s’est exprimé de manière piquante sur le sujet, ce vendredi au micro de France Info : « Ce n’est pas un problème juridique, c’est un problème moral et éthique… C’est à lui de se décider, en tout cas, ne reprenons pas certaines pratiques du passé où on confondait un peu les choses entre les campagnes électorales et le financement du parti ». Un tacle en bonne et due forme et une allusion directe à l’affaire Bygmalion, dans laquelle Nicolas Sarkozy a été mis en examen pour financement illégal de campagne électorale.

Pas de changement

Il faut dire qu’un bis repetita ferait mauvais genre et pourrait nuire à tout le parti Les Républicains. C’est pourquoi ils sont nombreux à exiger, plus ou moins directement, que leur chef clarifie la situation. Bernard Accoyer par exemple, a déclaré qu’il allait saisir la Haute autorité de la primaire. Du côté des proches de Nicolas Sarkozy en revanche, on tente de rester droit dans ses bottes. Roger Karoutchi a affirmé qu’il n’y aurait aucun changement dans l’agenda de l’ancien président : « À partir du moment où il a considéré qu’il fallait passer les régionales, passer les élections internes, faire les investitures et passer le conseil national du 2 juillet, qui doit adopter le projet, je suis pour qu’on en reste aux règles, c’est-à-dire le 26 août, comme ça, il démarrera tout de suite sa campagne ».  Le 26 août est en effet la date limite à laquelle Nicolas Sarkozy doit démissionner de son poste de président des Républicains, s’il veut participer à la primaire.

Alain Juppé tacle Nicolas Sarkozy
Alain Juppé secoue Nicolas Sarkozy / ©maxppp
Ajouter un commentaire