Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
#on en parle
Présidentielle 2017

Benoît Hamon "assume de dire" que le revenu universel est un "objectif", pas une promesse

Alors que les détails de son programme sur la mise en place d’un revenu universel ont évolué sur son site de campagne depuis quelques semaines, Benoît Hamon a tenu à préciser sur France Inter ce 18 janvier que sa mesure phare est un "objectif."

Benoît Hamon mettrait-il un peu d’eau dans son vin ? Comme l’a repéré Lemonde.fr, le candidat de la primaire de la gauche a adapté par petites touches son discours sur l’une de ses propositions phares, la création d’un revenu universel. Au début de la campagne de la primaire de la gauche, le député des Yvelines préconisait "le versement d’un revenu universel d’existence versé à toute personne majeure et d’un montant qui pourrait commencer par être au niveau du RSA socle puis ensuite être à 750 euros par personne." La mesure figurait alors sur son site, sans précision quant aux modalités de sa mise en place.

Mise en œuvre par étape

Mais la proposition a vite évolué. Lors du premier débat télévisé de la primaire de la gauche, Benoît Hamon a commencé à préciser que le revenu universel "ne pourrait se mettre en œuvre que par étape", expliquant notamment que son coût global de 400 milliards d’euros par an "ne peut être qu’une étape de moyen et long terme." La précision a alors fait son apparition sur le site du candidat.

Nouveau changement mi-janvier, la mention de la somme de 750 euros disparaît du site qui parle désormais de la mise en place d’une "grande conférence citoyenne" qui permettra de "fixer le périmètre du revenu universel (montant, financement, articulation avec les autres allocations sociales, calendrier de mise en œuvre)."

Engagement sur des orientations politiques

Interrogé ce 18 janvier sur ces ajustements par France Inter, Benoît Hamon s’est défendu de toute ambiguïté : "J’ai toujours dit (…) qu’il était parfaitement irréalisable d’imaginer que du jour au lendemain, en 2018, [la mesure du revenu universel] puisse être mise en œuvre."

"Je fixe un cap, je donne des clés pour y arriver", ajoute-t-il avant de reconnaître qu’il entend les "inquiétudes" que soulève son projet. Plutôt que d’engagement, Benoît Hamon préfère parler d’"objectif." Le candidat veut notamment être capable de "mesurer les effets pervers" que pourrait causer l’instauration du revenu universel. "L’impact sur les salaires sera-t-il positif ou négatif ?" demande-t-il notamment, estimant que dans les secteurs "où il y a beaucoup de chômage cet impact pourrait être plus négatif." Et de conclure : "Je préfère m’engager sur des orientations politiques et dire comment je veux y arriver et accepter qu’il y aura des rendez-vous politiques, démocratiques, de concertation pour arriver vers cet objectif."

Benoît Hamon
Benoît Hamon a expliqué sur France Inter que le revenu universel est un "objectif." / ©maxppp
Ajouter un commentaire
Breaking News