Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
Présidentielle 2017

Discours de Nicolas Sarkozy à la Baule : Revue de tacles sur fond ‘’d’unité’’ (Vidéo)

Nicolas Sarkozy a clôturé l’université d’été du parti les Républicains ce dimanche 4 septembre à la Baule. Dans son discours, l’ancien président et nouveau candidat à la primaire de la droite et du centre a prôné l’unité de son parti, sans laquelle aucune victoire ne serait possible. Tout en plaçant subtilement des tacles appuyés à chacun de ses opposants.

‘’Je veux dire avec force qu’il n’y aura pas d’alternance si pendant deux mois et demi il n’y a qu’un champ de bataille’’, tonne Nicolas Sarkozy. L’ancien président a bien compris que les sympathisants de droite, de même que ceux de gauche, sont las des querelles entre candidats qui laissent de côté les questions essentielles liées à l’économie, l’emploi et le social notamment. Il entend donc élever le débat au-dessus des querelles internes et des phrases assassines. Pourtant, il n’aura pas fallu plus de quelques secondes à Nicolas Sarkozy pour renouer avec ses vieux travers et critiquer, avec un peu plus de subtilité que les autres peut-être, la quasi-intégralité de ses concurrents.

Très ‘’chère’’ Nathalie Kosciusko-Morizet

Tout au long de sa prise de parole, Nicolas Sarkozy n’a eu de cesse de taquiner la député de Paris. ‘’Ma chère Nathalie, qui a été je te rappelle mon porte-parole, un ministre important de mon gouvernement, et le numéro deux de notre formation politique. On est fiers que tu sois des nôtres (…) et tu sais les sentiments d’amitié personnels que je te porte depuis longtemps.’’ L’attention peut passer pour une main tendue, il permet surtout de rappeler à Nathalie Kosciusko-Morizet, qui depuis des mois dénonce une primaire manipulée par Nicolas Sarkozy, qu’elle n’est que le second rôle de l’histoire. Tout en ayant l’air d’être le moins rancunier du monde.

François Fillon retourne sa veste ?

Quelques minutes plus tard, Nicolas Sarkozy lance une attaque en creux à son ancien premier ministre. François Fillon, les jours précédents, a sonné une charge virulente contre Nicolas Sarkozy, fustigeant notamment le bilan de l’ancien président et critiquant ses (nombreuses) mises en examens. ‘’Je n’ai pas le souvenir d’avoir du supplier beaucoup de monde de rester dans mon gouvernement’’, lâche Nicolas Sarkozy dans un sourire, référence explicite, aussi, à la démission d’Emmanuel Macron en début de semaine.

Alain Juppé et son ‘’code de bonne conduite’’

La veille, Alain Juppé s’était placé en rassembleur de la droite, loin des petites phrases et des ‘’attaques personnelles’’. L’ancien premier ministre de Jacques Chirac a même souhaité instaurer un ‘’code de bonne conduite’’ pour les candidats à la primaire. ‘’Je n’aime pas le code de bonne conduite, tranche Nicolas Sarkozy, j’aime la bonne conduite’’, avant de tacler les positions centristes de son principal rival. ‘’Je ne suis pas candidat à la primaire de la droite, de la gauche et du centre réunis’’.

Pourtant, Nicolas Sarkozy assure que dans cette campagne, il ‘’a fait un choix, celui de ne répondre à aucune attaque, celui de ne pas souffler sur des braises qui n’ont pas besoin d’être attisées.’’ Ça promet. 

Nicolas Sarkozy
... Mais pas ce que je fais : Nicolas Sarkozy prône l'unité et tacle ses concurrents / ©maxppp
Ajouter un commentaire