Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
#on en parle
Présidentielle 2017

Emmanuel Macron : la classe populaire comme obstacle de son ascension ?

Le phénomène Emmanuel Macron bouleverse la gauche comme la droite. Sa présence redistribue véritablement les cartes de l'élection présidentielle 2017. Malgré cet engouement, les troupes du candidat d'En Marche entretiennent encore quelques difficultés sur le terrain. Décryptage.

Emmanuel Macron a le vent en poupe. Alors qu'il tutoie les sommets dans les sondages et dans les médias depuis quelques semaines, le mardi 17 janvier, un sondage Odoxa pour L'Express confirmait encore une fois son statut de personnalité politique préférée des Français. Avec près de 40 % d'adhésion, le candidat du mouvement En Marche devançait Alain Juppé avec 34 % et François FIllon avec 32 %.

Conforté par une image positive, Emmanuel Macron entend bien frapper un grand coup. D'ailleurs, sa candidature commence à inquiéter à gauche comme à droite. Après avoir refusé de participer à la primaire de la gauche organisée par le Parti Socialiste, le candidat du mouvement d'En Marche n'a cessé de progresser dans les sondages. A tel point que le mardi 10 janvier, Emmanuel Macron a été pour la première fois donné vainqueur au second tour par le baromètre Ifop, que ce soit Marine Le Pen ou François Fillon. (65 % à 35 % contre Marine Le Pen et 52% à 48 % contre François Fillon).

Dur de convaincre l'électorat populaire

Emmanuel Macron a encore quelques difficultés à convaincre les catégories populaires. C'est ce qu'indique le sondeur Jérôme Sainte-Marie dans un entretien pour Le Figaro le 6 janvier. Selon lui, même si Emmanuel Macron connaît une percée dans les sondages, "ce n'est pas certain qu'Emmanuel Macron s'adresse vraiment aux électeurs des catégories populaires, c'est le principal obstacle à l'ascension d'Emmanuel Macron". Selon le JDD, il serait au coude à coude avec Jean-Luc Mélenchon avec 12 % du vote ouvrier quand Marine Le Pen a 49 %.

Emmanuel Macron et le mépris social

Et pourtant. Même si sa popularité ressemble à celle d'un Nicolas Sarkozy en 2007 avec l'UMP, ou d'un François Hollande en 2012 avec le PS, Emmanuel Macron a malgré tout fait quelques polémiques lors de sa campagne. En visite dans le nord de la France à Noeux-les-Mines le vendredi 13 janvier, Emmanuel Maron a été accusé de mépriser les habitants du bassin minier : "l'alcoolisme et le tabagisme se sont peu à peu installés dans le bassin minier".

Cette accusation n'est pas la seule. Et si Emmanuel Macron effectue des déplacement sur les terres du Front National, ce n'est pas un hasard. Son objectif est de convaincre ou de séduire l'électorat ouvrier.

Emmanuel Macron : "La meilleure façon de se payer un costard, c'est de travailler"

En mai 2016, Emmanuel Macron arrive en chemise, sans veste ni cravate sous le regard étonné de militants face à deux opposants à la loi travail : "Regardez la France, pourquoi c'est bloqué. On en a marre. Moi, je n'ai pas les sous pour me payer un costume comme ça, arrête de nous prendre pour des...". L'ancien ministre de l'Economie répond alors : "si vous n'aimez pas que la France soit bloquée, arrêtez de la bloquer. Vous n'allez pas me faire peur avec votre tee-shir. La meilleure façon de se payer un costard, c'est de travailler".

En septembre 2014, Emmanuel Macron avait choqué dans un abattoir de porcs Gad en liquidation judiciaire. Il avait déclaré : "Il y a dans cette société, une majorité de femmes, il y en a qui sont pour beaucoup illettrés, pour beaucoup on leur explique : 'vous n'avez plus d'avenir à Gad ou aux alentours. Allez travailler à 50 ou 60 km. Ces gens-là n'ont pas le permis de conduire. Il faut payer 1.500 euro, il faut attendre un an ? Voilà, ça ce sont des réformes du quotidien, et ça ce sont des réformes qui créent de la mobilité et de l'activité".

Emmanuel Macron : les obstacles à son ascension
Le phénomène Emmanuel Macron bouleverse la gauche comme la droite. Malgré cet engouement, les troupes du candidat d'En Marche entretiennent encore quelques difficultés sur le terrain. / ©maxppp
Ajouter un commentaire