Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
#on en parle
Présidentielle 2017

Emmanuel Macron : Les "crevards" de la primaire ne pourront pas le rallier

Si Emmanuel Macron devient une option de plus en plus tentante à gauche, il n’acceptera pas tous les ralliements. Le fondateur d’En marche a en effet posé quelques conditions. Les élus ayant soutenu des candidats à la primaire ne pourront par exemple pas se greffer à sa campagne.

Emmanuel Macron est en train de réussir son pari : celui d’écarter le Parti Socialiste de la course à l’élection présidentielle. Pourtant en pleine primaire et donc très médiatisés, les candidats PS pointent en effet très loin du fondateur d’En marche dans les sondages. Alors qu’il récolterait environ 20% des voix au premier tour selon les dernières enquêtes d’opinion, le mieux classé des candidats de la primaire, Manuel Valls, pointe loin derrière avec seulement 10% des intentions de vote. Des chiffres dont compte bien profiter Emmanuel Macron en appelant les élus socialistes à le rallier. En déplacement dans le nord la semaine dernière il avait d’ailleurs lancé un appel aux indécis. Et prévenu qu’il ne se désisterait certainement pas au profit du vainqueur de la primaire de la gauche.

Emmanuel Macron ferme la porte à certains

Pour ceux qui comptent rallier Emmanuel Macron, il va d’ailleurs falloir se dépêcher. L’entourage de l’ancien ministre de l’Economie a en effet laissé entendre qu’après la primaire de la gauche, ce sera trop tard : "On ne prendra pas des blocs. Il n'y aura pas d'accord d'appareil, ni de grande réconciliation post-primaire. À ceux qui m'appellent, je leur dis que c'est la même chose que les socialistes du 11 mai: il n'y aura pas de macronistes du 30 janvier. S'ils veulent nous rejoindre, c'est maintenant" a prévenu l’un de ses proches dans L’Opinion. Autrement dit, la porte est d’ores et déjà fermée à tous ceux qui ont soutenu un autre candidat ou critiqué Emmanuel Macron : "Il ne faut pas que cela devienne la succursale du PS" témoigne un autre proche du fondateur d’En marche ! dans les colonnes du Parisien, "On ne prendra pas les crevards". Un terme dont l’équipe d’Emmanuel Macron s’est désolidarisée. Mais le message est passé.

Emmanuel Macron : Les
Emmanuel Macron a prévenu qu'il n'accepterait pas tous les ralliements / ©maxppp
Ajouter un commentaire