Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
#on en parle
Présidentielle 2017

Emmanuel Macron part en chasse sur les terres de Marine Le Pen

Le candidat à l'élection présidentielle effectue un déplacement sur les terres du Front national, à Hénin-Beaumont. Une visite qui n'est pas vraiment au goût de Steeve Briois, maire de la ville.

La venue d'Emmanuel Macron à Hénin-Beaumont ce vendredi 13 janvier n'a rien d'un hasard. La ville, passée aux mains du Front national en 2014, est devenue le symbole de l'implantation du parti d'extrême-droite dans la vie locale française. L'ancien ministre de l’Économie ne s'en cache pas, il veut convaincre les électeurs de Marine Le Pen de changer leur vote. ''Mon combat, ce sera aussi d'arrêter le Front national !'' tonne-t-il. Pour y parvenir, Emmanuel Macron essaie de se défaire de l'image un peu trop lisse du banquier d'affaires qui lui colle à la peau : il veut être le candidat, aussi, des classes populaires. Il s'est ainsi rendu dans la cité ouvrière de Noeux-les-Mines, dans le Pas de Calais pour remettre des ''médailles du travail'' aux salariés de Métro. Tout un symbole pour le fondateur du mouvement En Marche qui se présente comme ''le candidat du travail''.

''Emmanuel Macron vient dans le Pas-de-Calais comme on va au safari''

Si Emmanuel Macron a été bien accueilli dans la ville frontiste, son maire, Steeve Briois, a peu apprécié de voir l'ancien ministre chasser sur ses terres. ''Sa présence est la preuve d'un cynisme achevé'', a-t-il déploré dans un communiqué, rédigé pour l'occasion. ''Emmanuel Macron vient dans le Pas-de-Calais comme certains vont au safari. Il n'est pas venu se frotter au peuple, fuyant sur le marché d'Hénin-Beaumont. Et ça se comprend : qu'est ce que l'ancien agent de la Banque Rotschild, qui a gagné 2,4 millions d'euros au cours des 18 mois qu'il y a passés, aurait pu comprendre de la détresse des plus fragiles de nos concitoyens ?'', a ragé Steeve Briois. Une attaque en règle, rapidement mise à mal part par les soutiens d'Emmanuel Macron qui se sont empressés de diffuser, via Twitter, des clichés de l'ancien ministre en pleine discussion avec les habitants d'Hénin-Beaumont.

En politique, tout étant affaire de stratégie, Marine Le Pen rendra la pareille à Emmanuel Macron en se rendant, dès février, à Lyon, fief de Gérard Collomb, soutien de la première heure de l'ancien ministre de l’Économie.

Emmanuel Macron : Son entourage balance sur le débat de la primaire de la gauche
Emmanuel Macron chasse sur les terres du FN / ©maxppp
Ajouter un commentaire