Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
#on en parle
Présidentielle 2017

Face à la fronde, Laurent Wauquiez rappelle à François Fillon qu'il n'a ''pas besoin de clones''

A la tribune du Conseil Natonial des Républicains, Laurent Wauquiez a rappelé à François Fillon que la loyauté de sa famille politique ne devait pas signifier de taire toutes négociations internes. Agacé, le candidat de la droite a sévèrement recadré ses troupes.

Les relations sont tendues entre les membres du parti Les Républicains ces dernières semaines. Après la victoire de François Fillon, les sarkozystes historiques ont tenu à faire savoir qu'ils ne comptaient pas se fondre dans le moule filloniste. C'est Christian Estrosi qui a ouvert les hostilités en plein meeting du candidat de la droite à Nice, critiquant le manque de ''social'' du programme de François Fillon. ''Le mot social n'est pas une grossièreté. En laisser le monopole à d'autres serait courir à notre perte. (…) Je ne suis pas filloniste'' a-t-il rappelé.

Devant la foule de sympathisants républicains ce samedi 14 janvier, Laurent Wauquiez a lui aussi publiquement défié François Fillon, lui rappelant que soutenir n'est pas se soumettre. ''Chez nous l'unité, ce n'est pas l'uniformité ! Tu n'as pas besoin de clones autour de toi, tu n'as pas besoin de courtisans. Il faut des paroles fortes et des convictions claires. Philippe Seguin n'était pas Jacques Chirac et il s'est battu pour sa victoire en 1995. Tu n'es pas Nicolas Sarkozy et tu t'es battu pour sa victoire en 2007. C'est cette diversité qui fera notre force'', a-t-il plaidé.

François Fillon recadre ses troupes

Pour son discours d'investiture ce samedi 14 janvier, François Fillon a tenté de recadrer ses troupes. ''Il m'arrive d'entendre certains à droite utiliser les mêmes mots que la gauche. Que ma victoire en ait pu décevoir certains, je puis le concevoir. Mais j'attends de mon parti de la responsabilité et de la discipline'', a-t-il tonné à la tribune. ''Pas de calcul, pas de dispersion, pas d'ego, je n'ai qu'un mot d'ordre : unité et engagement total pour la victoire !'' a-t-il encore lancé devant quelques 2000 personnes.

Le candidat de la droite, officiellement investi ce jour, prévient : il ne compte pas revenir sur son programme. ''Ce projet, je vais l'expliquer, je vais le préciser, l'enrichir de vos idées mais as de zigzags, pas de camomille. Je m'appelle François Fillon, pas François Hollande'' (!) a-t-il ajouté.  

François Fillon et Laurent Wauquiez
Laurent Wauquiez rappelle à François Fillon qu'ils ne sont pas ses clones (et qu'ils ont donc le droit de ne pas être d'accord) / ©maxppp
Ajouter un commentaire