Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
#on en parle
Présidentielle 2017

Florian Philippot : "Soutenir Jean-Marie Le Pen est une faute impardonnable" (vidéo)

Pour Florian Philippot, c’est une faute impardonnable que d’avoir participé au rassemblement organisé dimanche 1er mai par Jean-Marie Le Pen. Interrogé sur le sujet sur les ondes de RTL ce lundi matin, le vice-président du Front national s’est montré catégorique. Pour lui, l’événement organisé par le co-fondateur du parti d’extrême droite est une manifestation hostile au Front national. Non Stop Politique vous en dit plus.

Dimanche, Jean-Marie Le Pen organisait un rassemblement autour de lui à la place de la traditionnelle manifestation organisée par le FN chaque 1er mai devant la statue de Jeanne d’Arc. Une manifestation qui n’avait aucune légitimité pour le parti puisque que le co-fondateur du Front national n’en est plus membre depuis le 20 août 2015. Sur les ondes de RTL, Florian Philippot est revenu sur cet événement. « Le rassemblement autour de Jean-Marie Le Pen, ça n’est pas le Front national, il a été exclu du parti il y a 9 mois maintenant. Ils étaient 300 mais c’était le rassemblement autour de quelqu’un qui n’est pas de ma famille politique », martèle le vice-président du Front national.

« Ils ne sont pas des dirigeants de premier plan du FN »

Pourtant, trois eurodéputés, Marie-Christine Arnautu, Bruno Gollnisch, et Mireille d’Ornano ont participé à ce rassemblement. Un choix que condamne fermement Florian Philippot. « D’eux mêmes, quand on participe à une manifestation aussi hostile qui souhaite la défaite des patriotes et de Marine Le Pen en 2017, on doit peut-être par dignité, se dire ‘je n’ai plus rien à faire dans les instances dirigeantes du parti’. Si j’allais demain à un rassemblement anti-Marine Le Pen, je me dirais que je ne veux pas rester vice-président du FN », assène l’élu au Parlement européen avant d’ajouter que les personnes concernées « ne sont pas des dirigeants de premier plan du Front national » et que « c’est à eux aussi de prendre leurs responsabilités ».
Si le bureau politique du FN se rassemble ce lundi pour statuer de l’exclusion de ses trois eurodéputés, pour Mireille d’Ornano, l’une des trois concernées, cette décision lui importe peu.  Interrogée par France Bleu Isère, l’élue grenobloise explique son choix d’être au côté de Jean-Marie Le Pen lundi 1er mai.  « J’ai été depuis 30 ans à ses côtés, je lui dois une gratitude et une loyauté. J’ai été sur sa liste aux européennes et je ne me voyais pas ne pas être accompagnée des anciens » déclare Mirelle d’Ornano. L’eurodéputée a décidé de relativiser sur son avenir au sein du FN. «Si je dois être exclue, ce n’est pas grave. Pour moi, c’est la fidélité à cet homme qui a tout donné de sa vie au Front national. Sinon, je pourrais faire autre chose », conclut l’élue.  
Florian Philippot et Marine Le Pen
Florian Philippot ne veut plus entendre parler de Jean-Marie Le Pen. / ©maxppp
Ajouter un commentaire