Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
Présidentielle 2017

François Baroin soupçonne Alain Juppé de vouloir faire du ‘’chantage’’ aux élus centristes

En ouvrant la voie à la renégociation des investitures pour permettre aux député centristes d’être mieux représentés à l’Assemblée nationale, Alain Juppé s’est attiré les foudres du clan Sarkozyste. François Baroin, interrogé par le Figaro, fustige un ‘’chantage’’ de la part du maire de Bordeaux pour obtenir plus de votes.

En annonçant mardi que ‘’les investitures ne sont pas définitivement adoptées’’, Alain Juppé a ouvert grand la porte à davantage de sièges pour les centristes, qui le soutiennent en masse, en cas de victoire à l’élection présidentielle. Si la déclaration est alléchante pour les centristes, elle a provoqué un tollé chez les sarkozystes. Pour cause, ouvrir grand les portes de l’Assemblée nationale à un groupe de centristes reviendraient à écarter certains députés LR de la majorité. Pire encore, certains n’y voient rien de moins qu’un chantage de la part du maire de Bordeaux pour récupérer plus de voix.

C’est en substance ce que déclare François Baroin, préssenti pour devenir le Premier ministre de Nicolas Sarkozy en cas de victoire, dans une interview accordée au Figaro ce samedi. ‘’La renégociation des investitures est un point qui choque beaucoup de monde. Un contrat de gouvernement avec l’UDI se fera, comme dans le passé, mais sur une base sincère. Personne ne peut faire de chantage dans cette primaire’’, fustige l’ancien porte-parole de Jacques Chirac.

À bon entendeur

Et François Baroin de rappeler que ‘’la primaire n’est pas un marché à ciel ouvert où on définit ses propres règles. Elles sont claires.’’ Ce soutien de Nicolas Sarkozy s’insurge que Jean-Christophe Lagarde (patron de l’UDI) et François Bayrou (patron du Modem) menacent de ne pas soutenir d’office le vainqueur de la primaire de la droite et du centre s’il leur déplaît, comme c’est pourtant la règle. ‘’Il y a eu un travail en amont pour définir le cadre de la charte de la primaire. Ça ne s’écrit pas à l’encre sympathique ! Et il faut avoir une conception élevée de la nature de cet engagement’’, prévient François Baroin.

Sur Europe 1 jeudi, Nicolas Sarkozy avait lui-même nommément rappelé à l’ordre François Bayrou et Jean-Christophe Lagarde. ‘’Je dis simplement à M. Bayrou et à M. Lagarde que si l’on soutient un candidat à la primaire, on s’engage à respecter les règles’’. Une règle qui ne s’applique pas à François Bayrou. Le fondateur du Modem n’a jamais caché, malgré son soutien à Alain Juppé, qu’il n’excluait pas de se présenter lui-même à l’élection présidentielle en cas de victoire de Nicolas Sarkozy à la primaire de la droite et du centre.

François Baroin - Alain Juppé
François Baroin accuse Alain Juppé de ''chantage'' / ©maxppp
Ajouter un commentaire