Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Parti chrétien-démocrate Parti écologiste Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
#on en parle
Présidentielle 2017

François Hollande fustige les "esprits tourmentés" des opposants à la loi Travail

François Hollande était ce mardi 7 juin à Bailleul-Sire-Berthoult, près d’Arras, dans le Pas-de-Calais. Le président de la République a posé la première pierre de la future usine pharmaceutique du groupe LFB. Lors de son discours, il s'est directement adressé aux opposants de la loi El Khomri, rappelant que cette usine n'aurait jamais pu voir le jour sans un autre texte contesté : la loi Macron.

François Hollande à la conquête du Nord. À l'occasion d'un déplacement à Bailleul-Sire-Berthoult, près d’Arras, dans le Pas-de-Calais, le président de la République a accordé, ce mardi 7 juin, un long entretien à La Voix du Nord dans lequel il appelle à la fin des grèves et des manifestations contre la loi Travail. Le chef de l'État en a remis une couche lors de la visite du chantier de la future usine pharmaceutique du groupe LFB dont il a posé la première pierre. Car selon lui, cette usine n'aurait jamais pu voir le jour sans la très contestée loi Macron dont l'un des articles a permis l'ouverture du capital de LFD, détenu à 100% par l'État, à des organismes publics. 300 millions d'euros ont ainsi pu être investis, près de 500 personnes devraient être embauchées au cours des cinq années à venir.

Esprits tourmentés

La comparaison avec la contestation actuelle contre la loi El Khomri était donc toute trouvée. François Hollande a enfilé son costume de «Monsieur petites blagues», comme l'avait surnommé Laurent Fabius lorsqu'il était Premier secrétaire du Parti socialiste, pour mieux tacler les "esprits tourmentés qui pensaient qu'on allait faire le privatisation de LFB". Au fil d'une diatribe sarcastique, le chef de l'État a multiplié les tacles à l'encontre de ces "esprits tourmentés [...] qui essaient de voir du noir là où quelque fois -je n'ose pas dire qu'il n’y a que du rose- mais il peut y avoir du blanc". Autrement dit : le président de la République, en essayant de ne pas retomber dans le piège du désormais fameux "ça va mieux", s'est directement adressé aux frondeurs du PS, à la gauche de la gauche et bien sûr aux syndicats opposés à la réforme du code du Travail, la CGT en tête. C'est la première fois depuis l'émission Dialogues Citoyens, le 14 avril dernier, que le président se jette ainsi dans la bataille, lui qui avait pris l'habitude, ces dernières semaines, de rester en retrait des débats nationaux.

François Hollande fustige les
François Hollande pose la première pierre d'une usine et tacle les opposants à la loi Travail / ©maxppp
Ajouter un commentaire
Breaking News