Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
Présidentielle 2017

Front national : Nicolas Bay accuse les banques françaises de ‘’discrimination politique’’

Pour financer ses campagnes électorales à venir, le Front national peine à trouver des établissements bancaires français. Nicolas Bay, vice-président du parti frontiste, fustige une ‘’discrimination politique’’ et reconnaît chercher de l’argent hors Europe.

Au Front national, la traditionnelle trêve des confiseurs est globalement respectée… par Marine Le Pen. La cheffe frontiste s’étant octroyé quelques jours de repos, pendant lesquels elle continue à peaufiner sa campagne, ce sont ses principaux lieutenants qui font le job. Ce mardi matin, le secrétaire général du Rassemblement bleu marine, Gilbert Collard, a fait preuve d’une grande poésie sur Europe 1, tandis que le vice-président du FN, Nicolas Bay, était l’invité de France Inter.

À quelques jours du début officiel de la campagne présidentielle de 2017, un sujet revient régulièrement dans les interviews des cadres du Front national : l’argent. Boudé par les banques françaises, le FN est en panne de ressources pour boucler le budget des prochaines élections. Il pourrait toutefois bénéficier de prêts étrangers.

‘’Il y a un vrai problème de discrimination politique’’

C’est ce qu’a expliqué Nicolas Bay sur France Inter ce mardi. Faute de trouver des financements en France, le vice-président du Front national reconnaît avoir ‘’plusieurs pistes’’ pour trouver de l’argent ailleurs. ‘’Nous avons sollicités de nombreuses banques françaises, européennes et ailleurs dans le monde, un peu partout sur les différents continents’’, explique-t-il, tout en refusant de préciser les destinataires de ces demandes.

‘’Le vrai scandale, c’est que les banques françaises ne jouent pas le jeu de la démocratie, que manifestement elles choisissent les candidats qu’elles soutiennent (…) On voit bien qu’il y a un vrai problème de discrimination politique de la part des banques françaises et de manière générale il n’est pas normal qu’elles ne contribuent pas au financement des activités politiques’’, élude Nicolas Bay.

30 millions d’euros supplémentaires prêtés au FN par la Russie ?

Ce n’est pas la première fois que le Front national est obligé de faire appel à des prêteurs étrangers pour financer ses campagnes. En 2014 déjà, Marine Le Pen avait reconnu avoir bénéficié d’un prêt de 9.3 millions d’euros d’un établissement bancaire russe, arguant qu’il fallait bien prendre l’argent ‘’là où il y en a’’.

Pour 2017, le FN aurait pu retenter l’expérience. Selon le Canard Enchaîné, le parti frontiste aurait bénéficié de quelques 30 millions d’euros, prêtés par la Russie, en échange d’une reconnaissance de la Crimée comme territoire russe en cas de victoire à l’élection présidentielle. C’est un élu républicain américain, Mike Turner, qui a lancé l’alerte. Il souhaite que les renseignements américains se saisissent de l’enquête.

 

Front national
Le Front national accuse les banques françaises de ''discrimination politique'' / ©maxppp
Ajouter un commentaire