Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
#on en parle
Présidentielle 2017

Jean-François Copé cite "La Vérité si je mens" pour défendre sa candidature

Tout n’est pas joué d’avance dans la primaire de la droite et du centre. Invité sur France Info ce jeudi 8 septembre, Jean-François Copé estime qu’il a ses chances dans la bataille et pour cela il n’hésite pas à citer un passage de "La Vérité si je mens".

Réplique. Jean-François Copé a certes tous ses parrainages pour se présenter à la primaire de la droite et du centre mais le député-maire de Meaux est largement distancé dans les intentions de vote par trois de ses concurrents : Alain Juppé, Nicolas Sarkozy et Bruno Le Maire.

Invité sur France Info ce jeudi matin, le candidat Copé s’est défendu que tout n’était pas joué d’avance dans cette campagne. "S’il fallait que seuls ceux qui sont élevés dans les sondages en début de campagne gagnent, ne faisons plus d’élections. Je demande simplement qu’on laisse les choses se faire. C’est ‘La Vérité si je mens’ qui dit ‘donnons sa chance au produit’ alors voilà" a déclaré l’élu Les Républicains. 

Jean-François Copé à la traîne dans les sondages

Jean-François Copé a toujours su que les sondages ne lui étaient pas favorables. "Mon handicap, ce sont les sondages" concédaient-ils dans Le Parisien en août dernier. Il tentait toutefois de relativiser. "Chirac aussi avait de mauvais sondages en 1995…". En juillet, dans un sondage Ipsos, le député-maire de Meaux était crédité de 1% des suffrages loin derrière Alain Juppé (38%), Nicolas Sarkozy (30%), et Bruno Le Maire (16%). Le produit "Jean-François Copé" prendra-t-il preneur ? Réponse les 20 et 27 novembre. 

Jean-François Copé est surpris par la décision de Nicolas Sarkozy d’officialiser sa candidature dans son fief de Châteaurenard
Jean-François Copé estime qu’il a ses chances dans la primaire de la droite / ©maxppp
Ajouter un commentaire