Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
Présidentielle 2017

Jean-François Copé : du pain au chocolat à Bygmalion, est-il le roi de l’esquive ?

Engagé dans la primaire de la droite et du centre, Jean-François Copé se veut être un candidat irréprochable. Pourtant le député-maire de Meaux a eu plusieurs fois affaire avec la justice.

Blanc comme neige ? Candidat à la primaire de la droite et du centre, Jean-François Copé rappelle régulièrement que "s’il avait été mis en examen, il ne se serait pas présenté". Une critique à peine voilée à l’encontre de son adversaire Nicolas Sarkozy. L’ancien président de l’UMP rappelle par là qu’il a été blanchi dans l’affaire Bygmalion. Après deux années d’enquête, la justice a statué que le député-maire de Meaux n’aurait rien à voir avec les dizaines de fausses factures émises par la société d’évènementiel qui, selon la justice, masquait le dépassement du budget de campagne de Nicolas Sarkozy en 2012. S’il a été mis hors de cause par la justice, Jean-François Copé continue de croire à un complot politique mené par l’ancien chef de l’État et ses proches afin de le faire tomber. "Les barons n’avaient jamais supporté que je prenne le lead de l’opposition", confiait-il au Monde récemment.

Jean-François Copé échappe à une plainte du Conseil français du culte musulman (CFCM)

Blanchi dans cette histoire, Jean-François Copé a échappé également à une plainte du Conseil français du culte musulman (CFCM). Le 5 octobre 2012, le candidat à la présidence de l’UMP évoque le cas d’un jeune garçon qui se serait fait "arracher son pain au chocolat par des voyous sous prétexte qu’on ne mange pas pendant le ramadan". Le 12, le CFCM porte plainte jugeant que ses propos alimentent "l’islamophobie". Il la retire dans la foulée suite à une réunion avec Jean-François Copé qui s’est bien passée. Enième rebondissement quand celui-ci affirme ne s’être jamais excusé auprès du CFCM qui décide alors de maintenir sa plainte. Au finale, la polémique se conclut par un communiqué commun scellant la réconciliation.

Mais la malédiction du pain au chocolat continue pour Jean-François Copé qui ce lundi 24 octobre, estimait sur Europe 1 le prix de la viennoiserie à 10 à 15 centimes d’euro soit dix fois moins que le prix véritable. Une bourde qui lui a valu de nombreuses critiques et moqueries. 

Jean-François Copé : du pain au chocolat à Bygmalion, est-il le roi de l’esquive ?
Jean-François Copé a échappé à une mise en examen dans l’affaire Bygmalion et à une plainte suite à la polémique du pain au chocolat arraché / ©maxppp
Ajouter un commentaire