Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
Présidentielle 2017

Jean-François Copé ironise sur ‘’le rendez-vous de la dernière chance’’ de Nicolas Sarkozy

Dans la campagne de la primaire de la droite et du centre, Jean-François Copé a choisi sa cible principale : Nicolas Sarkozy. À longueur d’interviews, le députe-maire de Meaux n’hésite pas asséner des phrases assassines contre l’ancien président. Quitte à faire oublier son propre programme.

Malgré une cote de 1% d’intention de vote à la primaire de la droite et du centre, Jean-François Copé est intimement persuadé de pouvoir peser dans la campagne. Voire de la remporter. ‘’Je ne risque pas de baisser’’, s’amuse-t-il dans le Parisien ce mardi. Et peu importe s’il se situe loin derrière les principaux concurrents, Jean-François Copé en est persuadé, son programme à lui est le seul qui tient la route. Dans les pages du quotidien, le député-maire de Meaux a choisi sa cible : Nicolas Sarkozy. D’un bout à l’autre de l’interview, et peu importe les sujets traités, Jean-François Copé parvient à tous les coups à distiller des phrases assassines contre l’ancien président.

Il n’hésite pas, dès les premières lignes, à rappeler que Nicolas Sarkozy est mis en examen dans l’affaire Bygmalion, tandis que lui a été blanchi. ‘’Près d’une quinzaine de personnes, dont Nicolas Sarkozy, ont étés mises en examen dans cette affaire. Si j’avais été mis en examen, je n’aurais pas été candidat’’, assène-t-il.

‘’Le rendez-vous de la dernière chance’’

Autre sujet, même discours. Interrogé sur les propositions de référendums de Nicolas Sarkozy (sur l’arrêt du regroupement familial et l’internement des fichés S, ndlr), Jean-François Copé ne cache pas son mépris. ‘’Quand on dit qu’on va faire des référendums pour aller directement au peuple, pour reprendre sa formule, je dis que c’est suicidaire’’, lâche l’ancien président de l’UMP. Pour Jean-François Copé, ‘’le vrai référendum, c’est l’élection présidentielle’’. Lui préfère y opposer sa vision de la ‘’droite décomplexée’’, ‘’qui a le courage de faire et pas simplement le courage de dire. Or, il y a souvent chez Nicolas Sarkozy un verbe haut et des demi-mesures derrière’’, siffle-t-il encore. Selon le député-maire de Meaux, la campagne de l’ancien président est ‘’le rendez-vous de la dernière chance’’. Mais Jean-François Copé l'assure, oui, il est ''offensif'' à l'égard de Nicolas Sarkozy ''mais pas plus à l'endroit de l'un que des autres''. 

Jean-François Copé - Nicolas Sarkozy
Jean-François Copé enchaîne les critiques contre Nicolas Sarkozy / ©maxppp
Ajouter un commentaire