Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
#on en parle
Présidentielle 2017

Jean-François Copé trouve "cocasse" que Nicolas Sarkozy choisisse son fief pour annoncer sa candidature

Nicolas Sarkozy devrait officialiser sa candidature à la primaire de la droite et du centre le 25 août à Châteaurenard (Bouches-du-Rhône). Or c’est dans cette ville que Jean-François Copé a l’habitude d’effectuer sa rentrée politique. Le député-maire de Meaux a ri jaune quand il a appris la nouvelle.

La tension monte à droite à mesure que l’échéance de la primaire de la droite et du centre approche. C’est sans doute particulièrement vrai pour Jean-François Copé, crédité d’à peine 3 % des intentions de votes et dont la participation à la primaire, faute d’un nombre suffisant de parrainages (il lui manque quelques centaines de militants sur les 2 500 requis), est encore incertaine.

« Cocasse »

Alors le député-maire de Meaux a dû s’étrangler quand il a appris que Nicolas Sarkozy, dont la candidature à la primaire est le secret de polichinelle le plus éventé de l’année 2016, tiendrait meeting à Châteaurenard le 25 août prochain. Une date et un lieu qui interpellent tout candidat à la primaire puisque le 25 août est la date butoir pour se déclarer… et tout spécialement Jean-François Copé puisque Châteaurenard est le deuxième fief politique de l’ancien président de l’UMP.

« Ça fait dix ans que je fais ma rentrée politique à Châteaurenard. Quand j’ai vu que Nicolas Sarkozy faisait son lancement de candidature à Châteaurenard, j’ai trouvé ça assez cocasse », a déclaré l’intéressé sur RTL ce 19 août. Avant d’ajouter : « C’est un peu comme si François Hollande annonçait sa candidature là où Arnaud Montebourg fait sa fête de la rose. »

Déçu par Sarkozy

Jean-François Copé s’est défendu d’être affecté le choix de Nicolas Sarkozy. Il en a revanche profité pour monter d’un cran dans ses attaques contre ses adversaires, Sarkozy en tête. « En 2007, comme beaucoup, j’ai espéré [une] rupture. Elle n’a pas eu lieu. Ceux qui l’avaient promise (…) ont été battus en 2012. », a-t-il lancé. Le député-maire de Meaux a malicieusement rappelé qu’il n’était pas au gouvernement sous le mandat de Nicolas Sarkozy, contrairement à François Fillon, Alain Juppé ou Bruno Le Maire.

Pour lui, les cinq années de la présidence de François Hollande ont été « désastreuses », mais il est à peine plus tendre avec le quinquennat de Nicolas Sarkozy qu’il qualifie de « rendez-vous manqué. » Jean-François Copé regrette en bloc « qu’on n’ait pas touché aux 35 heures, qu’on n’ait pas touché aux retraites », et dresse un bilan « très négatif » de l’ouverture à gauche. Il n’est pas sûr que les deux hommes se serreront la main quand ils se croiseront à Châteaurenard.

Jean-François Copé est surpris par la décision de Nicolas Sarkozy d’officialiser sa candidature dans son fief de Châteaurenard
Jean-François Copé trouve "cocasse" le choix de Nicolas Sarkozy de se déclarer dans son fief de Châteaurenard / ©maxppp
Ajouter un commentaire