Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
#on en parle
Présidentielle 2017

Jean-Luc Mélenchon implore les banques d’avoir "pitié du Front National"

Jean-Luc Mélenchon était lundi 9 janvier l’invité de Jean-Jacques Bourdin sur RMC/B FMTV. Invité par l’animateur à commenter le refus des banques françaises de financer la campagne de Marine Le Pen, le candidat du Front de gauche à la présidentielle a appelé les banquiers à avoir "pitié du Front National".

Marine Le Pen l’avait déploré le 3 janvier dernier au micro de Jean-Jacques Bourdin sur RMC/BFMTV, malgré une popularité grandissante ces dernières années, le Front National a toujours beaucoup de mal à trouver des financements. Boudée par les banques françaises qui ne souhaitent pas devenir "la banque du FN", la candidate à l’élection présidentielle a dû se résoudre à emprunter de l’argent au microparti de son père Jean-Marie Le Pen, avec qui elle n’entretient pourtant pas des relations particulièrement chaleureuses. Et du côté des autres partis, on ne s’en est pas franchement beaucoup ému.

"C'est injuste"

Enfin sauf du côté du Front de gauche. Lui aussi invité de Jean-Jacques Bourdin ce lundi 9 janvier, Jean-Luc Mélenchon a d’abord rassuré sur la situation financière de sa propre campagne en précisant qu’il était parvenu à récolter 8 millions d’euros de la part des banques françaises : "On a réussi également à réunir un million d'euros de dons. C'est moins que Mr Macron, mes copains sont moins fortunés" a-t-il souri. Mais surtout, un peu à la surprise générale, Jean-Luc Mélenchon s’est ému de la situation du FN : "C’est injuste, car soit le Front national est interdit car dangereux pour la démocratie, soit c’est un parti qui a des élus. Donc pourquoi d’un coup ça leur prend de faire du tri politique ?" s’est-il interrogé avant de peser habillement ses mots pour conclure : "Je dis aux banquiers, ayez pitié du Front national. D’habitude vous n’avez pas de morale donc ne faites pas semblant d’en avoir une cette fois-ci".

Jean-Luc Mélenchon implore les banquiers d’avoir
Jean-Luc Mélenchon a regretté les difficultés du FN à financer sa campagne / ©maxppp
Ajouter un commentaire