Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
#on en parle
Présidentielle 2017

Manuel Valls : "la gauche peut disparaître"

Arrivé deuxième de la primaire de la gauche, Manuel Valls passe à l'offensive tentant de rattraper son retard sur Benoît Hamon.

La bataille s'intensifie à gauche. Alors que deux gauches s'affrontent entre Manuel Valls et Benoît Hamon, l'ancien Premier Ministre était l'invité de RTL ce lundi 23 janvier, au lendemain du premier tour de la primaire de la gauche. Selon les résultats officiels de la Haute Autorité de la primaire citoyenne, Benoît Hamon s'est placé en tête du premier tour avec 36,35 %, Manuel Valls à 31,11 %, Arnaud Montebourg à 17,52 %, Vincent Peillon à 6,85 %, Sylvia Pinel à 1,97 % et Jean-Luc Bennahmias à 1,01 %.

Manuel Valls s'estime plutôt satisfait de sa campagne : "rien n'était écrit, tout était possible dans cette primaire, comme dans cette présidentielle. Une autre campagne commence désormais. Il y avait une certaine forme de confusion, ce qui n'enlève rien à la qualité de tous les candidats aux débats que nous avons eu."

Manuel Valls change de stratégie

En première ligne, l'ancien Premier ministre de François a changé de stratégie. Il ne s'adresse plus uniquement aux socialistes mais à tous les électeurs. Pour espérer récupérer des voix de réserves, il va falloir que Manuel Valls convainque de nouveaux électeurs qui n'ont pas voté au premier tour. C'est ce qu'il indique dans son discours faisant référence à la gauche crédible et idéaliste : "il y a un choix clair qui est proposé aux Français, à ceux qui ont voté au premier tour et ceux qui viendront, je l'espère plus nombreux au deuxième tour".

Selon lui, il est impératif de ne pas voter Benoît Hamon en raison de son programme : "chacun est face à ses responsabilités. Je ne pense pas au candidat du premier tour, mais aux électeurs. La gauche peut disparaître et être marginalisée pendant un certain temps."

Interrogé sur l'absence de consigne de vote de Vincent Peillon : "peu importe. Chacun est face à ses responsabilités. Je ne pense au candidat du premier tour; mais aux électeurs. Chacun doit se mobiliser : tous ceux qui pensent que la gauche peut être utile au pays".

Manuel Valls :
Arrivé deuxième de la primaire de la gauche, Manuel Valls passe à l'offensive tentant de rattraper son retard sur Benoît Hamon. / ©maxppp
Ajouter un commentaire