Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
Présidentielle 2017

Manuel Valls se veut sauveur de la gauche pour la présidentielle de 2017

Depuis le livre-confessions de François Hollande, Manuel Valls est tiraillé entre sa loyauté et son ambition personnelle. Mais à gauche, ils ne sont pas nombreux à lui apporter leur soutien, selon une information du Monde.

Ohé capitaine ! Manuel Valls est dans une situation délicate depuis les propos tenus par l’actuel chef de l’Etat dans le livre-confessions : "Un président ne devrait pas dire ça." Avec ses confidences, François Hollande a semble-t-il porté un coup sévère à son image mais aussi et surtout à celle de la gauche, alors que l’élection présidentielle se rapproche de jour en jour.

Si bien que Manuel Valls se retrouve pris en étau entre son rôle de capitaine du gouvernement et son avenir politique. A chacune de ses sorties, il sait qu’il marche sur des œufs : "Le terrain est glissant, la matière inflammable.", confie-t-il aux journalistes du Monde. Et dans l’avion qui le menait en Gironde hier, il admet une forme de "honte" quand il parle des propos tenus par le chef de l’Etat dans le livre : "C’est ce que je ressens, il ne faut pas se taire et toujours nommer les choses."

Il sait désormais qu’il va falloir mettre le paquet pour remobiliser la gauche. Le livre-confessions de François Hollande aurait selon lui "provoqué un choc, un abattement chez les parlementaires, il a agi comme un révélateur." Le Premier ministre estime, alarmiste, que si l’incendie n’est pas rapidement éteint, c’est le destin de la gauche réformiste qui se joue." Car celle-ci peut être "atomisée" à la présidentielle et "sortir de l’Histoire", toujours selon nos confrères du Monde.

Manuel Valls, capitaine d’un navire qui prend l’eau

Dans cette situation pour le moins explosive, Manuel Valls confierait se préparer. Mais loin de vouloir contrer François Hollande, il souhaiterait plutôt parer à toute éventualité. En meeting à Tours samedi dernier, il a tenté de rassembler sa famille politique. Manuel Valls se verrait même en sauveur de la situation : "A cause de la situation politique actuelle, j’ai le sentiment d’avoir une véritable responsabilité afin qu’on sorte le mieux possible de cette période très périlleuse."

Alors, dans ses discours, comme celui tenu hier à Mérignac, il se veut rassurant et compréhensif : "Je n’ignore rien de votre malaise. Qui sera candidat ? Le président peut-il se représenter ? Ces questions existent, vous en discutez. Il faut les résoudre et moi, comme premier ministre, j’y prends ma part. Vous pouvez compter sur moi. La fierté et l’espoir, j’en ai à revendre et j’ai envie demain de vous entrainer."

Malgré toute cette bonne volonté, l’éventuelle candidature de Manuel Valls ne semble pas séduire à gauche. Les sondages le concernant sont aussi bas que le chef de l’Etat. Et selon nos confrères du Monde, les parlementaires socialistes ne semblent toujours pas décidés à vouloir se rallier au Premier Ministre.
 

Manuel Valls se veut sauveur de la gauche pour la présidentielle de 2017
Le Premier ministre semble coincé entre loyauté et ambition personnelle / ©maxppp
Ajouter un commentaire
A lire aussi