Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
#on en parle
Présidentielle 2017

Manuel Valls tacle Benoît Hamon, "c'est facile de promettre l'impossible"

Manuel Valls est passé à l'offensive lors de son avant-dernier meeting à Limoges le mercredi 18 janvier. Dans son discours, le candidat à la primaire de la gauche s'est attaqué aux programmes de ses opposants.

N'enterrons pas Manuel Valls avant l'heure, l'ancien Premier Ministre passe à l'offensive dans cette campagne express. Sur la défensive depuis plusieurs semaines, Manuel Valls a estimé être la "cible" des attaques parce qu'il affirme "pouvoir gagner" lors de l'avant dernier meeting de Limoges le mercredi 18 janvier devant près de 500 personnes. Et dans son discours, Manuel Valls a préféré aller droit au but : tacler Benoît Hamon.

Selon l'ancien Premier ministre, le "revenu universel de Monsieur Hamon nécessitait de doubler le budget de l'Etat et donc d'augmenter massivement les impôts". Il annonce alors ne pas céder à "la facilité de la démagogie", contrairement à Benoît Hamon et Arnaud Montebourg.

"C'est facile de promettre l'impossible... lorsqu'on sait au fond de soi que l'on n'en sera jamais comptable". Les attaques ne s'arrêtent pas là : "c'est facile 'ouvrez les frontières !' 'laissez entrer tout le monde !' 'soyez plus généreux', c'est facile de faire sauter les interdits". Puis visant clairement les propositions de Benoît Hamon : "c'est facile de dire dans une campagne qu'on veut légaliser le cannabis, comme si c'était cela 'faire rêve', 'proposer un nouvel horizon".

Manuel Valls : "beaucoup veulent mettre la gauche à terre"

Quand Manuel Valls endosse le costume du boxeur, le politicien ne rigole plus. Alors qu'il mène une campagne plus difficile que prévu, il est apparu très offensif. "C'est facile de flatter les communautarismes, de dire que la laïcité c'est bien mais qu'elle a ses limites, qu'elle serait même responsable de stigmatisations, d'humiliations".

Manuel Valls est revenu sur la gifle du jeune homme de 18 ans qui lui a infligée mardi 17 janvier à Lamballe dans les Côtes d'Armor : "ce coup veut dire que l'on ne veut pas discuter, que l'on veut disqualifier. Beaucoup veulent mettre la gauche à terre..."

Quand Manuel Valls défend son bilan

Malgré l'attaque à la farine et la gifle, Manuel Valls est toujours premier dans les sondages. Selon BVA-Saleforce, l'ancien locataire de Matignon obtiendrait 34 % des voix contre 27 % pour Benoît Hamon et 26 % pour Arnaud Montebourg.

Et Manuel Valls compte bien défendre son bilan coûte que coûte : "c'est plus dur de réformer, plus dur de démanteler la Lande de Calais, d'organiser un accueil digne des réfugiés sur tout le territoire, beaucoup plus dur de combattre la délinquance, les trafics qui minent les quartiers populaires"

Manuel Valls tacle Benoît Hamon,
Manuel Valls est passé à l'offensive lors de son avant-dernier meeting à Limoges le mercredi 18 janvier. Dans son discours, le candidat à la primaire de la gauche s'est attaqué aux programmes de ses opposants. / ©maxppp
Ajouter un commentaire