Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
#on en parle
Présidentielle 2017

Manuel Valls tacle Benoît Hamon : il se dit contre "une société de l’assistanat ou du farniente"

Les candidats à la primaire de la gauche se divisent sur le revenu universel. Au micro de France Info ce mardi 10 janvier, Manuel Valls a critiqué la vision de Benoît Hamon à ce sujet, et propose "un revenu décent" qui s’opposerait à "une société de l’assistanat et du farniente."

Sept candidats s’opposent à la primaire de la gauche qui se déroulera les 22 et 29 janvier prochains. Très présents dans les médias chacun tente de défendre son programme et sa vision pour la France. Une proposition divise particulièrement les candidats de gauche : le revenu universel. Benoît Hamon en a fait sa mesure phare, mais elle est vivement critiquée par Vincent Peillon et Manuel Valls. Le député européen y voit "une rupture avec le principe républicain fondamental de solidarité." Invité sur France Info ce mardi 10 janvier, l’ancien Premier ministre le juge, quant à lui "irréalisable." Manuel Valls a une autre vision du revenu universel : "un revenu décent" : "Il ne s'agit pas de donner à tout le monde 800 euros. Il s'agit de fusionner les dix minimas sociaux qui existent aujourd'hui puisqu'il faut davantage simplifier. On a le sentiment que certains gagnent plus sans travailler." Le candidat évoque une allocation "sous condition de ressources" qui concernerait également les 18-25 ans.

Manuel Valls défend son idée du revenu universel

Manuel Valls a par la suite expliqué que ce système était "maitrisé d’un point de vue financier." En taclant son adversaire à la primaire de la gauche il a ajouté : "8 milliards, ça n'a rien à voir avec un revenu universel qui irait au-delà des 300 milliards et qui est impossible à mettre en œuvre. Je suis pour des solutions réalistes, sociales. Je suis pour une société du travail, de la solidarité. Je ne suis pas pour une société de l'assistanat ou du farniente." L’ancien Premier ministre a également souhaité défendre le sérieux de sa candidature : "En 2017, nous serons sous les 3% de déficit. Il ne s'agit pas de baisser le déficit pour baisser le déficit, mais tout simplement parce qu'il en va de la souveraineté, de l'indépendance de notre pays." Trois débats auront lieu avant le premier tour de la primaire de la gauche, pour permettre aux sept candidats d’exposer leur programme et de convaincre les électeurs.

Manuel Valls tacle Benoît Hamon : il se dit contre
Manuel Valls défend sa proposition d'un "revenu décent" / ©maxppp
Ajouter un commentaire