Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
#on en parle
Présidentielle 2017

Manuel Valls vante ses liens avec François Hollande… mais tacle son bilan

Pour sa première interview depuis son entrée en campagne, Manuel Valls s'est confié au Parisien. Il oscille entre déclaration d'amitié à François Hollande et critiques farouches de son bilan.

Depuis qu'il est entré dans la course à la primaire de la gauche, Manuel Valls se montre particulièrement élogieux envers François Hollande. L'ancien Premier ministre n'a de cesse de lui clamer publiquement son respect et son affection, répétant à l'envi que ses liens avec le Président sont indestructibles.

Ils sont nombreux, pourtant, à juger que Manuel Valls est celui qui a poussé François Hollande au renoncement en accentuant la pression sur le chef de l'État. "Ça suffit avec cette thèse ! Laisser penser que François Hollande se serait fait imposer ce choix est insensé…", s'agace le nouveau candidat dans le Parisien ce dimanche. Avant d'ajouter, une fois de plus que " [Sa] relation avec lui est faite de respect, d'affection". "Nous avons tant partagé notamment au moment des attentats... Cela crée des liens à tout jamais", assure-t-il encore.

"Il faut dire la vérité aux Français"

Pourtant, Manuel Valls ne se prive pas d'écorner le bilan de François Hollande, en évitant soigneusement les critiques à partir de 2014, année où il est arrivé à Matignon. "Il faut dire la vérité aux Français : entre 2010 (sous Nicolas Sarkozy, ndlr )et 2014, les impôts ont augmenté bien trop fortement. Et on a fait entrer dans l'impôt (CSG, fiscalité locale, etc.) des personnes qui n'y étaient pas", dénonce Manuel Valls, parlant même de "rupture civique".

L'ancien Premier ministre ajoute que d'autres mesures prises sous quinquennat socialiste ont été "incomprises", notamment celle sur la "suppression de la défiscalisation des heures supplémentaires", votée sous mandat sarkozyste et abrogée par François Hollande. Pendant ses 40 jours de campagne express, Manuel Valls va devoir jongler entre la défense de son propre bilan tout en se démarquant de François Hollande, dont il a pourtant été le plus proche collaborateur. La tâche ne sera pas aisée.

 

Manuel Valls candidat : ce qu’il pense vraiment de François Hollande
Manuel Valls tente de dire du bien de François Hollande... mais tacle son bilan / ©maxppp
Ajouter un commentaire