Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
#on en parle
Présidentielle 2017

Michèle Alliot-Marie : "les primaires sont contraires à l'esprit des institutions"

Michèle Alliot-Marie, candidate à l'élection Présidentielle de 2017, est revenue sur le système des primaires qu'elle juge "contraires à l'esprit des institutions".

A quelques mois de l'élection Présidentielle 2017, la candidate Michèle Alliot-Marie entame sa campagne. L'ancienne ministre de Chirac avait en effet refusé de participer en août dernier à la primaire de la droite et du centre estimant que "le président de la République doit être au-dessus des partis. C'est pourquoi les candidats à la magistrature suprême ne sauraient être désignés ou présélectionnés par un parti", avait-elle déclaré. Encore une fois, Michèle Alliot-Marie est revenue sur le sujet sur France Info le 17 décembre.

"Je ne contourne pas ma famille politique, je suis dans la logique des institutions, les primaires, comme je le dis depuis le début, sont contraires à l'esprit des instutitions parce que le Président de la République dans l'esprit des institutions de la Vème République, c'est celui qui est le garant de l'unité nationale. C'est celui qui est le dernier recours lorsqu'il y a des tensions très fortes. Pour être ce dernier recours, il est évident qu'il ne doit pas en tenir à un camp, qu'il ne doit pas appartenir à un camp. Il ne serait être issu des partis.", affirme-t-elle au journaliste de France Info. "Aujourd'hui avec les primaires, nous voyons que les partis politiques veulent préempter le choix qu'on a voulu donner totalement libre aux Français et dire qui ne peut et qui ne peut pas se présenter. "

"Je suis pour garder le 49.3", confie la candidate

Interrogée sur l'article du 49.3 et les six utilisations de Manuel Valls lorsqu'il était Premier Ministre, Michèle Alliot-Marie y dénonce "l'effet de facilité du gouvernement". "Soyons respectueux des institutions. Et bien sûr que je suis pour garder le 49.3. Il faut juste en faire l'usage nécessaire. Ca ne doit pas être une facilité. Manuel Valls est une des personnes qui a le plus utilisé le 49.3, peut-être le plus utilisé. C'est parce qu'il avait un problème dans sa majorité."

Michèle Alliot-Marie profite ensuite pour glisser un petit tacle au candidat de la primaire de la gauche, Arnaud Montebourg. En effet, celui-ci propose de passer à la sixième République. "Ce que je constate, effectivement, c'est qu'il y a là aussi un effet de mode. Il y a beaucoup de candidats, surtout à gauche d'ailleurs qui disent qu'il faut changer la cinquième république, il faut passer à la sixième république. En général, quand ils sont élus, ils s'en accommodent tout à fait de ces institutions. La constitution de la cinquième République nous permet de passer des crises parce que la Constitution de 1958 garantit une stabilité nécessaire."

Michèle Alliot-Marie
Michèle Alliot-Marie, candidate à l'élection Présidentielle de 2017, est revenue sur le système des primaires qu'elle juge "contraires à l'esprit des institutions". / ©maxppp
Ajouter un commentaire