Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
#on en parle
Présidentielle 2017

Michèle Alliot-Marie : sa proposition choc contre les fonctionnaires

Michèle Alliot-Marie se livre dans les colonnes du Parisien ce vendredi 20 janvier. Elle y évoque sa campagne et tacle sévèrement son principal adversaire à droite : François Fillon. La candidate à la présidentielle en profite également pour cogner fort et propose de supprimer le droit de grève des fonctionnaires.

Michèle Alliot-Marie d'ordinaire si discrète, a décidé d'annoncer une mesure choc lors d'un entretien donné au Parisien ce vendredi 20 janvier. L'ex ministre des Affaires étrangères a débuté par critiquer ouvertement François Fillon : "Celui ou celle qui aspire à être président de la République ne doit pas être là pour stresser les Français, pour leur faire peur, mais pour les rassurer. Cela veut dire notamment que la Sécurité sociale, l’un des acquis du gaullisme, doit être confortée et non menacée."

MAM déclare vouloir supprimer le droit de grève

Dans son programme, François Fillon a déclaré qu’il voulait supprimer 500 000 postes de fonctionnaires. L’ancienne ministre des Affaires Étrangères va plus loin les concernant : "Ils ont des statuts avec des droits comme l’emploi à vie, mais aussi des obligations. Parmi ces obligations, je propose qu’il y ait l’interdiction du droit de grève pour les fonctionnaires, afin d’assurer la continuité du service public, comme je suis favorable à l’interdiction d’exprimer une idéologie syndicale ou religieuse." Michèle Alliot-Marie est également revenue sur le déroulement discret de sa campagne : "Quand on veut avoir un contact direct avec les Français, il faut éviter les micros et les caméras. C’est ce que je fais depuis quatre ans, pour bâtir mon projet présidentiel. Et puis les meetings n’apportent pas la moindre voix et coûtent beaucoup d’argent." Sur LCI, MAM avait jugé indécent de dépenser des millions dans un meeting. Côté parrainages, Michèle Alliot-Marie affirme qu’elle a déjà 300 signatures. Il lui en faut 500 si elle veut pourvoir concourir à la fonction suprême. 

Michèle Alliot-Marie : sa proposition choc contre les fonctionnaires
Michèle-Alliot Marie veut interdire le droit de grève aux fonctionnaires si elle est élue à l’Élysée / ©maxppp
Ajouter un commentaire