Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
Présidentielle 2017

Nicolas Sarkozy : Alain Juppé, François Fillon, NKM, il sort la boîte à gifles

Alors que la bataille dans la course à la primaire de la droite et du centre bat son plein, Nicolas Sarkozy dézingue à tout va ses adversaires comme le rapporte Le Point dans son édition du 1er septembre.

Critiques à la pelle. Nicolas Sarkozy se sent pousser des ailes depuis qu’un sondage le donne à égalité au premier tour avec  Alain Juppé. L’ancien chef de l’Etat s’imagine déjà de retour à l’Elysée et en profite pour critiquer à tout va ses adversaires pour le rapporte Le Point dans son édition du 1er septembre. "Alain va continuer à s’effondrer. Il ne sera pas au second tour"  estime l’’ex-patron des Républicains qui envisage toutefois de lui trouver un poste au sein de son futur gouvernement. "Le problème, c’est qu’à 72 ans, je ne sais pas quel poste je pourrais lui proposer !" raille Nicolas Sarkozy

En parallèle, ce sont sur ses anciens soutiens que l’ex-chef de l’Etat tire à boulets rouges. Sur François Fillon, Nicolas Sarkozy ironise "Je ne vais quand même pas répondre à quelqu’un qui s’est fait battre par Copé ?" Le candidat Sarkozy aurait-il la rancune tenace ? Le 28 août, l’ancien Premier ministre lâchait lors de son meeting de rentrée "Qui imagine un seul instant le général De Gaulle mis en examen ?"  Une attaque en règle dirigée contre Nicolas Sarkozy qui avait mis le feu aux poudres au sein du parti.

Nicolas sarkozy dézingue ses adversaires à la primaire de la droite et du centre

Quant à Nathalie Kosciusko-Morizet, qui estime que la compétition pour la primaire de la droite et du centre est inégale, la députée de l’Essonne en prend aussi pour son grade. "Elle a été ma porte-parole, numéro 2 du parti, et elle n’est  même pas foutue de réunir les signatures de militants ? Elle serait restée bien tranquille, elle serait aujourd’hui présidente du parti ! " tacle Nicolas Sarkozy.  Et le candidat à la primaire de conclure : "Ils n’ont jamais réussi à s’asseoir dans mon fauteuil quand il était vide ! Et vous pensez qu’ils vont réussir maintenant que j’y suis ?" Nicolas Sarkozy semble bien sûr de lui. 

Nicolas Sarkozy : Alain Juppé, François Fillon, NKM, il sort la boîte à gifles
En coulisses, Nicolas Sarkozy tacle avec virulence ses adversaires à la primaire / ©maxppp
Ajouter un commentaire