Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
#on en parle
Présidentielle 2017

Nicolas Sarkozy pense que François Fillon va grappiller des voix à Alain Juppé

Donné deuxième derrière Alain Juppé au premier tour de la primaire de la droite et du centre, Nicolas Sarkozy s’attend à déjouer les pronostics. L’ancien chef de l’État est persuadé que François Fillon est sous-estimé par les sondages et terminera beaucoup plus haut que prévu, prenant au passage des voix à Alain Juppé.

Nicolas Sarkozy en est persuadé : il terminera en tête au soir du premier tour de la primaire de la droite et du centre. L’ancien président de la République pense que François Fillon, qui a pourtant la dent dure avec lui, va l’aider à gagner. Comment ? En siphonnant les voix d’Alain Juppé, assure-t-il dans Le Parisien. Selon lui, Fillon va faire beaucoup mieux que les 15 % auxquels le promettent les différents sondages. Et cette surperformance du 3e homme ne pourra se faire qu’au détriment d’Alain Juppé, parie Nicolas Sarkozy.

Pour l’ancien maire de Neuilly, les sondages portant sur la primaire de la droite et du centre ne valent pas grand-chose. Sarkozy, qui a les faveurs des sympathisants Les Républicains (42 % contre 30 % pour Juppé selon l’Ifop pour Paris-Match ; 37 % contre 32 % pour Juppé selon Elabe pour BFM TV), est donc persuadé qu’il pourra créer la surprise au soir du premier tour.

Sarkozy parie sur une participation resserrée à droite

Autre raison pour laquelle l’ancien président continue d’afficher une belle confiance : il pense que la participation au vote restera concentrée sur le cœur de l’électorat de droite. "Deux millions maximum, et ce sera beau", jauge l’un de ses proches soutiens. Une estimation sans doute un peu basse, mais qui apparaît plausible : s’il n’y a pas de précédent pour une primaire à droite, l’expérience de la primaire du Parti socialiste en novembre 2011 montre une différence énorme entre le nombre d’électeurs attendus et la participation réelle. Les sondages donnaient à l’époque 5 à 8 millions de votants, contre seulement 2,7 millions le jour J.

Nicolas Sarkozy s’attaque au droit du sol
Nicolas Sarkozy parie sur une surperformance de François Fillon pour battre Alain Juppé au premier tour de la primaire de la droite et du centre / ©maxppp
Ajouter un commentaire