Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
#on en parle
Présidentielle 2017

Nicolas Sarkozy prêt à voter pour François Hollande face à Marine Le Pen ‘’Ce serait une douleur extrême’’

Au micro de Jean-Jacques Bourdin, Nicolas Sarkozy a reconnu être prêt à voter pour François Hollande s’il devait se retrouver au second tour de l’élection présidentielle face à Marine Le Pen. À Nice Matin, il explique que cette décision, bien que sincère, ne l’engage pas vraiment.

Finie la stratégie du ‘’ni-ni’’ ? Pourfendeur du Ni parti socialiste, ni Front national, Nicolas Sarkozy est revenu sur ses positions au micro de Jean-Jacques Bourdin jeudi matin. Face à l’hypothèse d’un second tour François Hollande – Marine Le Pen, l’ancien président assure qu’il votera pour le candidat socialiste ‘’mais pas de gaieté de cœur’’.

Un sacrifice ? Pas vraiment. Interrogé par les lecteurs de Nice Matin, Nicolas Sarkozy reconnaît que ‘’ce cas de figure est hautement improbable’’. ‘’Pour que Hollande soit au second tour de la présidentielle, il faudrait que la gauche arrive devant la droite républicaine’’, siffle-t-il. L’engagement était donc d’autant plus facile à prendre qu’il ne croit pas avoir besoin de le respecter.

Le ‘’Ni-ni’’ a encore de beaux jours devant lui

Nicolas Sarkozy confirme toutefois ne vouloir en aucun cas voter pour Marine Le Pen. ‘’Je ne veux pas de Mme Le Pen à la présidence de la République française’’ insiste-t-il, tout en reconnaissant que voter pour François Hollande ‘’serait une douleur extrême !’’.

Quant à la stratégie du ‘’ni-ni’’, Nicolas Sarkozy confirme qu’elle reste viable. ‘’Je ne crois pas au front républicain : je pense que l’alliance entre le parti socialiste et l’opposition crée un espace formidable pour les extrêmes, c’est pour ça que je suis pour le ni-ni aux départementales, aux régionales et même aux législatives’’, rappelle-t-il. La stratégie du ni l’un, ni l’autre, a encore de beaux jours devant elle…

Nicolas Sarkozy
Nicolas Sarkozy reconnaît que voter François Hollande serait ''une douleur extrême'' / ©maxppp
Ajouter un commentaire