Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
#on en parle
Présidentielle 2017

Nicolas Sarkozy rappelle à Alain Juppé et Bruno Le Maire le rôle de chacun sous son mandat

Nicolas Sarkozy règle ses comptes. Sur France Inter ce matin, l’ex-chef de l’État s’en est pris à ses concurrents de la primaire de la droite et du centre. Régulièrement critiqué sur son bilan, il tient à remémorer à ses adversaires, qu’ils ont presque tous participé au gouvernement de son quinquennat.

Sur France Inter ce mardi, Nicolas Sarkozy a tenu à remettre les pendules à l’heure. Et sa première attaque est allée en direction de Bruno Le Maire. En meeting à Neuilly-sur-Seine lundi soir, celui qui se présente comme le "candidat du renouveau" a ouvertement critiqué le bilan de l’ancien chef de l’État. Des déclarations qui, forcément, n’ont pas plu à Nicolas Sarkozy "Bruno Le Maire souhaitait être mon Premier ministre. Il ne devait pas être si différent de moi, sinon pourquoi l'aurait-il voulu? Et il a été ministre les cinq années." L’ancien chef de l’État fait ici référence à un épisode datant d’octobre 2010, relaté dans le livre "Jours de pouvoir" de Bruno Le Maire. Dans le livre, un des proches du député de l’Eure explique : "Il y avait alors un problème politique au gouvernement. Sarkozy réfléchissait à un changement de premier ministre, et Bruno Le Maire a fait une offre de services avec un programme économique alternatif." Une offre, qui ne semble pour l’heure, plus du tout d’actualité, tant la tension semble palpable entre les deux candidats.

Bruno Le Maire souhaitait être mon Premier ministre

D’autres adversaires étaient dans la ligne de mire de l’ancien chef de l’État, comme Alain Juppé, son principal concurrent. Il a tenu à rappeler que le maire de Bordeaux "a fait l'ouverture et la fermeture du quinquennat." Pour finir, il a tenu à répondre à Jean-François Copé qui l’accuse de faire de la crise de 2008 un "alibi" : "Quant à Jean-François Copé, il était tellement heureux de ce que je faisais, qu'il avait conceptualisé le thème de la coproduction législative." Ambiance. Le prochain débat de la primaire de la droite et du centre, prévu le 3 novembre prochain, s’annonce houleux.

 

Nicolas Sarkozy rappelle à Alain Juppé et Bruno Le Maire le rôle de chacun sous son mandat
Nicolas Sarkozy a tenu à rappeler que la plupart de ses adversaires à la primaire de la droite et du centre, étaient dans sa majorité entre 2007 et 2012. / ©(c) Maxppp
Ajouter un commentaire