Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Parti chrétien-démocrate Parti écologiste Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
#on en parle
Présidentielle 2017

Nicolas Sarkozy vante ses mérites au parti Les Républicains, en toute modestie

Nicolas Sarkozy était lundi 23 mai en déplacement sur le site de la centrale de Fessenheim, dans l’Est. Le président des Républicains, pas encore candidat, en a profité pour rappeler à tout le monde que sans lui, la droite ne serait qu’un lointain souvenir.

Ce n’est pas la modestie qui le caractérise le plus, on le sait, mais Nicolas Sarkozy a fait un triplé mémorable pendant son déplacement à la centrale de Fessenheim en début de semaine. Nicolas Sarkozy, pas officiellement candidat à la primaire de la droite et du centre, en a profité pour dresser un petit bilan, forcément élogieux, forcément objectif, de son action au sein des Républicains. Malgré les récents sondages qui soulignent que 72% des Français ne souhaitent pas qu’il soit candidat, pas question de se laisser démonter. ‘’Il est hors de question de quitter la présidence du parti. Il faut un chef pour cheffer’’, argue-t-il cité par le Figaro, en reprenant une phrase de Jacques Chirac (!) Soit.

La passion, ça ne se contrôle pas

Mais Nicolas Sarkozy d’ajouter, en toute humilité : ‘’Si je le quittais aujourd’hui, quinze jours après il se retrouverait dans l’état où je l’ai trouvé il y a deux ans’’, dans des propos rapportés par le Figaro. Mieux encore, ‘’ce qui se passe en Autriche aurait pu se passer ici, si je n’avais pas repris ce parti qui n’existait plus : l’opposition, c’était le FN’’. Merci qui ? A noter, tout de même, que malgré son retour pas aussi triomphant que prévu, le Front national continue de battre des records de suffrages. Ainsi, il n’est pas dit qu’une éventuelle (mais plus que probable) candidature de Nicolas Sarkozy ne représente une véritable alternative à l’extrême droite. A ce propos, l’ancien président conclu en toute simplicité. ‘’Le moment venu je dirai ce que j’ai à dire. J’ai la passion de la politique. Elle coule dans mes veines comme mon sang, il est difficile d’en guérir.’’

Nicolas Sarkozy
Nicolas Sarkozy s'auto-congratule. / ©maxppp
Ajouter un commentaire
Breaking News