Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
Présidentielle 2017

Nicolas Sarkozy veut la tête du directeur de campagne de François Fillon

Entre Nicolas Sarkozy et son ancien Premier ministre, la guerre est déclarée. L’ancien président aurait exigé le renvoi de Patrick Stefanini, le directeur de campagne de François Fillon.

Nicolas Sarkozy n’a pas digéré la pique lancée par François Fillon lors de son discours à Sablé-sur-Sarthe le 28 août dernier. L’ancien Premier ministre avait lancé un tonitruant ‘’Qui imagine le Général de Gaulle mis en examen ?’’, en référence aux différentes enquêtes judiciaires qui collent à la peau de Nicolas Sarkozy. La réflexion passe mal auprès du clan Sarkozy. En réponse à l'attaque, l’ancien président exige la tête du directeur de campagne de François Fillon, Patrick Stefanini, directeur général des services de la région Île-de-France. Il invite Valérie Pécresse, présidente de la région francilienne, pour déjeuner. ‘’Tu ne peux pas garder quelqu’un qui fait la campagne de Fillon’’, lui argue-t-il selon L’Obs. En vain. Valérie Pécresse refuse de se séparer de celui qui a aussi été son directeur de campagne, et qui l’a mené à la tête de l’Île-de-France.

Patrick Stefanini appuie là où ça fait mal

Patrick Stefanini, outre son soutien à François Fillon, agace Nicolas Sarkozy. Il a été l’un des premiers, au mois d’août, à s’indigner de l’organisation de la grande rentrée politique de l’ancien président, à la date même où François Fillon faisait la sienne à Sablé-sur-Sarthe. ‘’C’est méprisable’’, avait-il lâché au Parisien. En 2015, Patrick Stefanini faisait également partie du groupe, filloniste, qui avait pointé du doigt le paiement, par le parti les Républicains, de la pénalité financière infligée à Nicolas Sarkozy, rappelle l’Obs. À l’époque, le Conseil Constitutionnel exige de l’ancien président le paiement de plus de 400 000€ de pénalités, au titre du dépassement de plafonds de sa campagne de 2012. La somme avait finalement été réglée par le parti, dirigé à l’époque par Jean-François Copé.

Nicolas Sarkozy - Patrick Stefanini
Nicolas Sarkozy veut la tête du directeur de campagne de François Fillon / ©maxppp
Réagissez à l'actu
Par Citoyen libre, le jeudi 15 septembre à 13:51
le détail de l'affaire !
Quelqu'un pourrait nous expliquer comment le directeur général des services d'une région (avec tout le travail qu'il y a à faire pour résorber "17 ans de gestion socialiste") peut également prendre en main la lourde responsabilité de "directeur de campagne"? Monsieur est sans doute très bon, mais tout de même, deux agendas exigeants sont difficilement conciliables ...
Ajouter un commentaire