Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Parti chrétien-démocrate Parti écologiste Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
#on en parle
Présidentielle 2017

Pour Arnaud Montebourg, la primaire est le seul moyen pour avoir un candidat de gauche à l’élection présidentielle de 2017

L’organisation d’une primaire de gauche serait-elle le seul moyen d’avoir un candidat de gauche et de poids à l’élection présidentielle de 2017 ? Beaucoup le pense, Arnaud Montebourg le dit : sans primaire, les chances sont nulles.

L’organisation d’une primaire de gauche est loin d’être acté : l’éclatement des sensibilités rend plus que difficile la tenue d’un tel processus. Certains, à l’image de Jean-Luc Mélenchon, renonce à l’idée même d’une primaire en se déclarant directement candidat tandis qu’au parti communiste et chez les écologistes, on concède à y participer, à la condition que François Hollande n’y participe pas. Une situation préoccupante pour la gauche qui a poussé trois adhérents socialistes à déposer un recours au tribunal de grande instance de Paris pour exiger l’organisation d’une primaire. Si la justice doit rendre son verdict le 15 juin prochain, ces adhérents peuvent déjà trouver un soutien auprès d’Arnaud Montebourg pour qui l’absence de primaire signerait la mort des chances de la gauche à l’élection présidentielle de 2017. ‘’Sans primaire, c’est la chronique d’une élimination annoncée’’, tranche l’ancien ministre de l’Economie sur France Inter.

La faute au gouvernement

Arnaud Montebourg en profite pour dresser un constat terrible de l’état de la gauche, et de son parti. ‘’La gauche est quand même dans un état extrêmement préoccupant de division, de déréliction, de perte de foi, de croyances, de désespoirs et on comprend pourquoi’’, lâche-t-il. Le frondeur poursuit en mettant directement en cause l’action du gouvernement, qu’il a lui-même quitté à la suite de profonds désaccords. ‘’Quand on est parti pour dire la crise est la conséquence d’un système financier qui a commis de graves erreurs, nous allons discipliner le système financier (…) et qu’on se retrouve en fait à faire payer la crise par les classes moyennes et les classes populaires qui n’ont aucune responsabilité dans celle-ci (…) l’écart est si grand que la confiance est détruite, est perdue’’, conclut-il. Une confiance qu’Arnaud Montebourg espère bien restaurer lui-même : sa participation à une éventuelle primaire ne fait plus que peu de doutes. 

Arnaud Montebourg
Arnaud Montebourg défend l'urgence d'une primaire pour sauver la gauche / ©maxppp
Ajouter un commentaire
Breaking News