Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
#on en parle
Présidentielle 2017

Pour François Hollande, François Fillon n'avait "aucune chance" à la primaire à droite

Dans un livre de confidences "Un président ne devrait pas dire ça...", le président François Hollande avait fait part de son pronostic pour la primaire de la droite et du centre. Selon le chef de l'Etat, François Fillon n'avait "aucune chance". Erreur.

Certes, il n'était pas le seul à croire à la défaite de François Fillon. Dans le livre de confidences paru le 12 octobre dernier, "Un président ne devrait pas dire ça...", François Hollande avait confié aux journalistes du Monde, Gérard Davet et Fabrice Lhomme sa vision sur la primaire de la droite et du centre. Clairement, François Fillon "n'a aucune chance".
"En fait, il n'y en aura que deux, Juppé et Sarkozy. [...] Plus à mon avis à Juppé qu'à Sarkozy. Fillon n'a aucune chance. Non pas parce qu'il n'a pas de qualités, il en a sans doute; ni un mauvais programme, il a le programme, il a le programme le plus explicite; non parce qu'il n'a pas la densité personnelle... Mais son rôle est tenu par Juppé. C'est-à-dire, pourquoi voter Fillon, alors qu'il y a Juppé. Il n'y aurait pas Juppé, je dirais, oui, sans doute que Fillon est le mieux placé pour disputer à Sarkozy l'investiture. Mais il se trouve qu'il y a Juppé"(1).

François Hollande se plante sur le vainqueur de la primaire

Cet extrait du livre des journalistes du Monde devrait rapidement faire le tour des réseaux sociaux, alors qu'une soixantaine de personnalités disaient "stop au Hollande-bashing" dans les colonnes du JDD du 20 novembre.
Pour sa défense, il faut rappeler que cette confidence a été reccueillie en mai dernier, bien avant la remontée spectaculaire de l'ancien premier ministre de Nicolas Sarkozy. François Fillon était alors sur la troisième marche du podium dans les sondages.

François Hollande n'en savait rien

Avait-il senti le vent tourné quelques heures avant le premier tour de la primaire? Toujours dans le JDD, le chef de l' Etat confiait à son entourage un "je n'en sais rien" au sujet du vainqueur. L'un de ses proches conseillers avait même ajouté: "on en parle souvent mais il ne dit plus rien".
A Solférino aussi, nombreux sont ceux qui se refusaient à tout pronostic la veille du premier tour. Pour le premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis, "c'est une primaire qui a commencé dans la certitude et qui se termine dans l'incertitude". Toutefois, l'arrivée en tête de François Fillon au premier tour des primaires avec 44% des voix semble rassurer la gauche. Avec son programme libéral, l'ancien premier ministre compte récolter peu de votes à gauche.
 
(1) G. Davet et F. Lhomme, Un président ne devrait pas dire ça..., éd. Stock, octobre 2016, 25 euros.
Pour François Hollande, François Fillon n'avait
Pour le chef de l'Etat, François Fillon ne devait pas passer le premier tour des primaires de la droite et du centre. / ©maxppp
Ajouter un commentaire