Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
#on en parle
Présidentielle 2017

Présidentielle 2017 : la candidature d’Emmanuel Macron sévèrement taclée à gauche comme à droite

Emmanuel Macron s’est officiellement déclaré candidat à la présidentielle de 2017. Depuis, à droite comme à gauche, les critiques fusent.

C’était un secret de polichinelle. Emmanuel Macron a officialisé sa candidature à la présidentielle de 2017 ce mercredi 16 novembre. Le candidat a décidé de ne pas passer par la primaire organisée par la gauche, déclarant qu’il ne s’adressait "ni à la droite, ni à la gauche, mais aux Français." Une position anti-système qui fait sérieusement grincer des dents, et qui place la gauche encore un peu plus dans le flou. Interrogé à propos de cette nouvelle candidature au micro d’RTL, Jean-Marie Le Guen  déclare : "Je crois que sa candidature est celle d’un moment, celle d’une illusion (…) Il y a toujours la tentation de chercher ailleurs." Le secrétaire d’Etat chargé des relations avec le parlement ajoute avec ironie : "Macron c’est un peu "california dream." C’est-à-dire tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil. Je crois que ça ne correspond en rien à la situation de notre pays." Pour Jean-Marie Le Guen, Emmanuel Macron est dans "une aventure individuelle et un parcours sans issue."

Les coups pleuvent contre Emmanuel Macron

A droite, les propos ne sont pas bien plus tendres. Invitée ce jeudi 17 novembre au micro d’Europe 1, Valérie Pécresse s’emporte sur la candidature du leader du mouvement En Marche ! Habituée à défendre Alain Juppé, elle le prénomme Alain Macron avant de se reprendre et déclare : "Emmanuel Macron qui essaie de se faire passer pour un centriste. En réalité c’est une imposture, c’est l’avatar de François Hollande. Le co-auteur de son programme économique, le co-auteur du matraquage fiscal. L’auteur de réformes minuscules : les autocars, l’ouverture de certains magasins, certains dimanches. Donc je suis désolée, qu’Emmanuel Macron ne se travestisse pas en homme du centre, monsieur Macron c’est un homme de gauche." Valérie Pécresse persiste et signe : "Emmanuel Macron est une bulle spéculative, Monsieur Macron c’est Hollande." Pour Valérie Pécresse, soutien d’Alain Juppé, il est hors de question que des électeurs centristes votent pour Emmanuel Macron, faisant ainsi perdre de précieuses voix au maire de Bordeaux qu’elle soutient.

François Baroin, de son côté, ne semble pas non plus croire aux chances du leader du mouvement En Marche ! pour la présidentielle de 2017. Invité sur Europe 1 ce jeudi 17 novembre, il dénonce un candidat qui fut longtemps proche de François Hollande : "Emmanuel Macron est un enfant de la hollandie, c’était le conseiller silencieux qui lui a susurré le mensonge de la campagne présidentielle." Selon Europe1, Emmanuel Macron revendique près de 100 000 adhérents. Dans un entretien publié par l’Obs, il a donné les grandes lignes de son programme et annonce vouloir "s’adapter aux individus."

Présidentielle 2017 : la candidature d’Emmanuel Macron sévèrement taclée à gauche comme à droite
La candidature d’Emmanuel Macron n’est appréciée ni à gauche ni à droite / ©maxppp
Ajouter un commentaire