Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
#on en parle
Présidentielle 2017

Présidentielle 2017 : Emmanuel Macron mobilise ses troupes et fustige le FN

Emmanuel Macron a réuni les membres de son mouvement hier à Paris. L’occasion pour lui de mobiliser ses troupes et de préciser son agenda à venir. Il en a également profité pour tacler violemment le Front National qui selon lui : "salit la République", d'après nos confrères de l’Opinion.

En avant, marche ! L’ancien ministre de l’Economie était hier en meeting à Paris, à l’occasion du rassemblement des animateurs locaux d’En Marche ! Pour la première fois, Emmanuel Macron est descendu dans l’arène, face aux 500 cadres prêts à s’engager derrière lui, afin d’ironiser : "J’ai entendu beaucoup de choses ces derniers mois. Tout ça était une aventure solitaire. Je veux solennellement cet après-midi vous remercier d’accompagner ma solitude." Emmanuel Macron a ajouté tout sourire "J’ai entendu que c’était un mouvement caché, numérique. Je vous remercie d’être des hologrammes si enthousiastes. J’entends encore En Marche ! "C’est une coquille vide, il n’y a personne." Etes-vous prêts à les faire mentir ? Cela commence maintenant et cela ne s’arrêtera plus."

Emmanuel Macron tacle violemment le Front national

Patrick Thoulmet, présent au meeting l’assure au JDD, "Il a changé de ton là." Emmanuel Macron est revenu sur le choc démocratique du 21 avril 2002, qui avait opposé Marine Le Pen à Jacques Chirac, et interroge la salle : "Qu’est ce qui s’est passé depuis ?" et de répondre "Rien, rien on a fait comme avant." Il en a profité pour tacler les partis traditionnels qui "considèrent comme une fatalité la présence du FN au second tour." Et d’en rajouter une couche : "Tous ces cyniques qui s’accommodent de cette affaire et qui disent qu’après tout l’élection présidentielle n’est pas si compliquée puisqu’il suffit d’arriver deuxième au premier tour pour que la messe soit dite." Emmanuel Macron s’en est alors pris violement au FN, selon nos confrères de l’Opinion : "Nous avons donné des leçons de morale au pays, nous n’avons tiré aucune leçon pour nous-mêmes. Je ne veux pas, je ne peux pas accepter que, dans mon pays, les symboles de notre histoire commune puissent diviser la société, parce qu’on les a laissés en quelque sorte se faire prendre par le FN", et de finir par conclure : "Je ne veux pas que, dans mon pays, une colère, qui est parfois justifiée, devienne le monopole d’un parti qui salit la République."

Après son meeting, l’ancien ministre de l’Economie se confie : "Sur tous les sujets, on a donné un regard, une couleur. Avec une cohérence que n’a aucun parti. On a structuré le mouvement. Maintenant, c’est la mobilisation générale pour porter l’alternative," selon le JDD. Comme l’a évoqué hier Richard Ferrand sur France Info, Emmanuel Macron le redit, il n’ira pas à la primaire organisée par la gauche : "Les partis se sont perdus dans des jeux d’appareil dont les primaires sont devenues la quintessence. Les débats auxquels on assiste sont des débats de chefs de bureaux." Il avoue avoir regardé le deuxième débat de la primaire de la droite et du centre jeudi dernier et s’en amuse : "Il y a avait plus d’agressivité que lors du premier parce que ça tourne à vide (…) Ils se sont tous mis dans un jeu qui les abaisse."

Son livre devrait paraître courant novembre. Quant à sa candidature elle pourrait bien intervenir avant la fin du mois. Selon le sénateur François Patriat, "Il faut qu’il se déclare avant le 20 novembre, pour perturber les équilibres avant le premier tour de la primaire de la droite." Côté programme, on parle plus "d'un contrat de transformation" qui devrait être connu dans la deuxième quinzaine de novembre, toujours selon nos confrères du JDD.

Présidentielle 2017 : Emmanuel Macron mobilise ses troupes et fustige le FN
L’ancien ministre de l’Economie fait un pas de plus vers sa candidature et critique sévèrement le FN / ©maxppp
Ajouter un commentaire