Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
#on en parle
Présidentielle 2017

Présidentielle 2017 - Michèle Alliot-Marie : les dessous d’une candidature surprise

Michèle Alliot-Marie s’est lancée dans la course à l’Élysée le 8 décembre dernier. Mais selon le Canard Enchainé de ce mercredi 28 décembre, cette candidature cacherait un tout autre scénario : obtenir l'investiture dans la 7ème circonscription des Hauts-de-Seine.

Politique politicienne. Le 27 novembre dernier, la primaire de la droite et du centre s’achevait et François Fillon était élu. Quelques jours plus tard, Michèle Alliot-Marie faisait entendre sa voix. L’ancienne ministre, qui avait décidé de bouder la primaire, annonçait officiellement au journal 20 minutes, sa candidature à la présidentielle. Une décision qui en avait surpris plus d’un.  Dans les médias, la candidate est venue expliquer son programme et en a profité pour critiquer ses adversaires. Le 12 décembre dernier sur le plateau d’LCI, Michèle Alliot-Marie jugeait sévèrement les millions dépensés par Emmanuel Macron dans l’organisation de sa campagne et de ses meetings. Quelques jours plus tard, sur France Info, elle s’expliquait sur son choix de ne pas avoir voulu faire partie de la primaire de la droite et du centre : "Aujourd'hui avec les primaires, nous voyons que les partis politiques veulent préempter le choix qu'on a voulu donner totalement libre aux Français et dire qui peut et qui ne peut pas se présenter. "

La tactique de Michèle Alliot-Marie

Mais selon les informations du Canard Enchainé de ce mercredi 28 décembre, la candidature de Michèle Alliot-Marie cacherait un tout autre scénario : l’ancienne ministre "cherche à obtenir l’assurance d’être investie par les Républicains dans la 7ème circonscription des Hauts-de-Seine." En effet, Patrick Ollier, le compagnon de Michèle Alliot-Marie, est à ce poste. Mais ce dernier doit abandonner cette circonscription, pour se consacrer à la présidence de la métropole du Grand Paris. La loi votée sur le non cumul des mandats l’y oblige. Un responsable Les Républicains explique alors au journal satirique : "Même si MAM n'a aucune chance d'avoir les 500 parrainages, elle emmerde Fillon en lui tapant dessus, et, donc, ça peut finir par marcher. Et, si ça marche, elle retirera sa candidature." Elle contrerait ainsi, le suppléant de son compagnon, Eric Berdoati qui est dans les starting-blocks pour la 7ème circonscription des Hauts-de-Seine. Une tactique qui pourrait s’avérer payante. La commission nationale d’investiture du parti Les Républicains doit valider les candidatures pour les prochaines législatives le 14 janvier prochain.

Présidentielle 2017 - Michèle Alliot-Marie : les dessous d’une candidature surprise
Michèle Alliot-Marie ne serait pas en course pour l’Élysée mais en lutte pour la 7ème circonscription des Hauts-de-Seine / ©maxppp
Ajouter un commentaire