Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
#on en parle
Présidentielle 2017

Primaire à droite - Le Débat: Nathalie Kosciusko-Morizet avoue déjà sa défaite

La seule femme de la primaire de la droite et du centre n'y croit plus. À deux jours du premier tour, elle admet publiquement qu'elle n'espère plus gagner.

À deux jours du premier tour de la primaire de la droite et du centre, pour certains candidats, les jeux sont faits. S'ils ont pu espérer convaincre quelques électeurs indécis, il est en effet peu probable que les intentions de vote varient du tout au tout avant dimanche. Selon les derniers sondages, trois personnalités se détachent très nettement dans la bataille : Alain Juppé, toujours favori, suivi de près par Nicolas Sarkozy et François Fillon, qui connaît une impressionnante percée ces jours-ci.

En bas du classement, Bruno Le Maire, pénalisé par l'avancée de François Fillon, refuse pourtant de s'avouer vaincu, allant jusqu'à exiger plus de respect des journalistes dans le traitement de sa candidature. Plus réaliste, Jean-François Copé a annoncé depuis plusieurs semaines qu'il n'espérait pas gagner. Jean-Frédéric Poisson, moins catégorique, ne semble pas croire davantage à sa victoire.

"Je sais que je ne vais pas gagner"

Reste Nathalie Kosciusko-Morizet. La seule femme présente dans cette primaire a du batailler ferme pour obtenir ses parrainages et se qualifier pour la course. Mais avec 4% d'intentions de vote, elle se montre, elle aussi, réaliste. "Tous mes concurrents ont proclamé à un moment ou un autre qu'ils allaient gagner la primaire, quand bien même ils savaient que c'était faux. Pour ma part, je sais que ça ne sera pas le cas", a-t-elle admis lors du dernier débat. Avant de se lancer dans une attaque, en règle, à ses concurrents. ''Dès lors, pourquoi voter pour moi ? (...) Il y a plusieurs projets qui sont proposés. Il y a la revanche, la nostalgie, la déprime, un renouveau qui voudrait se limiter à changer les hommes (coucou Bruno Le Maire). Moi, je propose une autre solution'', plaide-t-elle.

''Voter pour moi, c'est choisir des solutions nouvelles et refuser de donner toutes les clés aux politiques pour faire confiance à l'intelligence des Français. (...) Certains s'autoproclame porte-parole de la majorité silencieuse (coucou Nicolas Sarkozy), (...) Vous pouvez battre la droite sectaire et réactionnaire, vous pouvez éviter la droite grise et conservatrice (coucou Jean-Frédéric Poisson), vous pouvez choisir la droite de progrès. Au second tour, il sera temps d'éliminer. Au premier tour, faites confiance à vos idées et dimanche, choisissez la nouvelle France''. Inutile de préciser que les autres candidats ont fait grise mine. 

Nathalie Kosciusko-Morizet
Nathalie Kosciusko-Morizet avoue déjà sa défaite / ©capture france 2
Ajouter un commentaire