Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
Présidentielle 2017

Primaire à droite – Le Débat : Nicolas Sarkozy et Jean-François Copé s’écharpent sur les accords du Touquet

La première partie du second débat de la primaire de la droite et du centre s’est intéressée aux questions des réfugiés et des migrants. Les candidats sont tous tombés d’accord sur la renégociation des accords du Touquet. Jean-François Copé a profité du moment pour offrir un tacle en règle à Nicolas Sarkozy, qui n’a pas manqué de riposter.

Le second débat de la primaire de la droite et du centre n’a pas débuté depuis plus de 5 minutes que déjà, les échauffourées fusent. Premier à dégainer : Jean-François Copé. Interrogé sur la question des réfugiés, le maire de Meaux fustige ‘’des années et des années d’hypocrisie qui ont conduit notre pays à être incapable d’avoir une politique claire’’ en matière de droite d’asile. Comme la totalité des autres candidats, Jean-François Copé appelle à renégocier les accords du Touquet qu’il juge mauvais. Pas tout à fait par hasard puisque c’est Nicolas Sarkozy lui-même qui a négocié ces accords en 2003, comme le rappelle les Décodeurs du Monde.

Mais Jean-François Copé va plus loin, en accusant les ‘’aventures guerrières’’, en Afghanistan mais aussi ‘’en Libye’’. Là encore, le tacle est clair : en 2011, c’est encore Nicolas Sarkozy qui a décidé de l’intervention militaire en Libye.

La riposte de Nicolas Sarkozy

Impossible pour Nicolas Sarkozy de laisser passer ce premier affront, qui ne sera certainement pas le dernier de la soirée. ‘’Ce ne sont pas les accords du Touquet mais de Canterburry’’, rectifie l’ancien Président. Avant d’ajouter ‘’Mais bon, tout le monde n’est pas obligé de connaître parfaitement le dossier… Je rappelle qu’à l’époque de la jungle à Sangatte, j’ai envoyé les 4 000 personnes en Grande-Bretagne.’’

Régulièrement depuis l’ouverture puis le démantèlement de la jungle de Calais, Nicolas Sarkozy se félicite d’avoir fermé la jungle de Sangatte qui a accueilli plus de 4000 réfugiés de 1973 à 2013. Sauf qu’en réalité, nombre des réfugiés de cette première ‘’jungle’’ ont fini par s’installer… à Calais.

 

Primaire à droite – le débat : Nicolas Sarkozy taclé par ses adversaires, il préfère attaquer les socialistes
Jean-François Copé attaque d'emblée Nicolas Sarkozy sur les accords du Touquet... qui riposte / ©capture d'écran TF1
Ajouter un commentaire