Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
#on en parle
Présidentielle 2017

Primaire à droite : François Fillon estime que les sondages "ne valent rien"

François Fillon s’apprête à déposer "78 parrainages de parlementaires, 370 de maires et d’élus locaux et de plus de 6000 militants". Des chiffres qui font mentir selon lui les sondages qui le classent en quatrième position dans la course à la primaire. Le député (LR) de Paris s’en est encore une fois expliqué ce lundi 5 septembre sur RTL.

Méthode Coué. François Fillon cinquième roue du carrosse dans cette primaire de la droite et du centre ? Pas d’après le député (LR) de Paris qui estime ce lundi matin que les résultats des sondages ne sont pas le reflet de la réalité. Quand Elisabeth Martichoux note que malgré sa popularité, l’ancien Premier ministre est minoritaire dans les enquêtes d’intention, François Fillon tique. "Elles ne valent rien. J’en suis convaincu, je l’ai toujours dit" assène-t-il avant de continuer. "Il n’y jamais eu de primaire à droite, il n’y a pas de matrice, de références. Il y a énormément de Français aujourd’hui qui ne savent pas pour qui ils vont voter à la primaire. Tout cela se cristallisera dans les derniers jours de la campagne" indique le candidat Fillon. "Moi ce que je regarde, ce sont les soutiens dont je bénéficie, c’est l’accueil que je reçois quand je me déplace dans le pays, c’est les sondages de popularité. Je veux bien qu’il y ait un décalage gigantesque entre ces sondages sur la primaire mais cela m’étonnerait" conclut-il sur RTL. 

François Fillon plus fort que les sondages

C’est une ritournelle pour François Fillon que d’affirmer que les sondages ne "valent rien". Le 19 mai dernier, il tenait le même discours dans VSD. "L’échantillon sur lequel les sondeurs travaillent actuellement pour mesurer les intentions de vote est réducteur. Il s’agit de militants de droite qui savent et disent qu’ils voteront" déclarait-il. "Si l’on analyse tous les autres sondages (ceux qui ne concernent pas que la primaire ndlr), je me place en deuxième position, derrière Alain Juppé, qui caracole en tête depuis que le système médiatique l’y a installé, mais loin devant Nicolas Sarkozy et Bruno Le Maire. Tout cela va encore bouger" expliquait-il dans l’hebdomadaire. Les sondages donneront-ils raison ou tort à François Fillon ? Réponse le 20 novembre. 

François Fillon : De François Hollande à Nicolas Sarkozy, il sort la boîte à gifles
François Fillon ne croit pas aux indications données par les sondages d’intention de vote à la primaire de la droite et du centre / ©maxppp
Ajouter un commentaire