Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
Présidentielle 2017

Primaire à droite : Nadine Morano estime n'avoir "rien à perdre"

Nadine Morano estime n'avoir "rien à perdre" dans la course à la primaire de la droite. La députée européenne (LR) s'est confiée dans l'hebdomadaire La Semaine sur sa participation à la primaire organisée par Les Républicains et en dénonce une nouvelle fois les conditions d'organisation.

Nadine Morano ira-t-elle seule ? La candidate à la primaire de la droite et du centre laisse en tout cas planer le doute sur une éventuelle candidature hors-parti à l'élection présidentielle de 2017. Dans un entretien accordé à l'hebdomadaire La Semaine, la députée européenne Les Républicains est revenue sur sa participation à la primaire organisée par son parti. Celle qui est habituée aux polémiques, en dénonçant par exemple une "invasion arabo-musulmane" ou en qualifiant la France de "pays de race blanche", a une nouvelle fois dénoncé les conditions d'organisation de la primaire de la droite et du centre. Elle se plaint notamment de l'absence d'accès au fichier des adhérents des Républicains - dont elle doit obtenir 2500 parrainages, en plus des 250 signatures d'élus dont 20 parlementaires. "Comment faire une pâte à crêpes si vous n'avez pas la farine ?", se plaint Nadine Morano, qui se plaint d'un système "biaisé".

"J'irai jusqu'au bout"

La député européenne a ensuite affirmé sa détermination dans la course à l'Élysée. "J'irai jusqu'au bout", clame-t-elle, expliquant n'avoir "rien à perdre, tout à défendre". Nadine Morano affirmait lundi 8 août avoir récolté "un peu plus" de parrainages que les "deux tiers" annoncés par sa concurrente Nathalie Kosciusko-Morizet. Elle laisse néanmoins planer le doute quant à une participation en solitaire à l'élection présidentielle de 2017, en cas d'échec à la primaire. "Je reçois de nombreux courriers de gens qui ne peuvent pas me parrainer parce qu'ils ne sont pas adhérents des Républicains, et qui m'encouragent à présenter ma candidature en dehors d'une formation politique", explique ainsi Nadine Morano. L'ancienne ministre croit tout à fait en ses chances, puisqu'elle déclare "ne pas entendre un engouement pour un match retour Hollande-Sarkozy" et ne pas ressentir "un puissant attrait pour Alain Juppé qui a été le Premier ministre en 1995". La route est cependant encore longue pour Nadine Morano, qui, si elle se qualifie pour la primaire, devra encore battre Alain Juppé, Nicolas Sarkozy, Bruno Le Maire ou encore François Fillon. À moins de récolter les 500 signatures d'élus locaux nécessaires à une candidature directe pour l'élection présidentielle.

Primaire à droite : Nadine Morano estime n'avoir
Nadine Morano laisse planer le doute sur une candidature hors-parti à l'élection présidentielle de 2017 / ©maxppp
Ajouter un commentaire