Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
Présidentielle 2017

Primaire à gauche : Benoît Hamon souhaite taxer les robots pour financer le revenu universel

Benoît Hamon, candidat pour la primaire de la gauche, était l'invité de l'Emission politique sur France 2 le 8 décembre. Il est revenu sur une proposition importante de son programme : la taxe sur les robots.

La campagne dans le cadre de la primaire de la gauche n'est qu'à ses prémices. Et pourtant, Benoît Hamon a déjà entamé un bras de fer avec ses concurrents en dévoilant ce jeudi 8 décembre certaines de ses propositions sur le plateau de France 2 dans l'Emission politique. Et dans son programme, Benoît Hamon plaide pour un partage du temps de travail "Je veux la réduction du temps de travail en contrepartie d'une baisse de 10% des cotisations" affirme l'ancien ministre. "Depuis que je suis entré en campagne, on me prête de vouloir faire les 32 heures. Je veux encourager le temps partiel." Cette augmentation du temps partiel permettrait selon le candidat à la primaire de la gauche, accompagné du revenu universel, à baisser le temps du travail hebdomadaire : "ces changements vont amener les hommes et les femmes à travailler moins".

La révolution numérique

L'ère du numérique constitue un véritable changement pour les Français et les entreprises. Dans ce cadre, Benoît Hamon estime que la "révolution numérique est une formidable opportunité de nous libérer par rapport au travail. Les robots vont se subsituer aux emplois qui étaient les nôtres. C'est le cas dans les grandes surfaces où les caisses automatiques sont remplacées par des portiques sans caissiers".

Sur BMFTV le 30 octobre, l'ancien ministre avait déjà affirmé qu'une taxe sur les robots étaient nécéssaire pour financer le revenu universel. "Pour financer le revenu universel d'existence, on pourrait imaginer demain un salaire fictif, virtuel, pour un robot et la manière dont on fait contribuer ce robot au financement de notre protection sociale. Si le robot ne cotise pas, c'est pas possible, si le robot ne paye pas d'impôt c'est pas possible, c'est cette révolution là aussi que je veux mettre en oeuvre : pensons demain une fiscalité qui se fonde non pas sur le nombre de travailleurs qu'il y a dans notre entreprise, mais sur la richesse crée par l'entreprise".

Le Revenu Universel

Le revenu universel d'existence est le socle du programme de Benoît Hamon. En lien avec la diminution du temps de travail et avec la révolution numérique, ce revenu constitue "une nouvelle Sécurité sociale" pour Benoît Hamon. Avec cette mesure, chaque français majeurs devrait toucher la somme de 535 euros minimum puis à 750 euros à long terme.

Primaire à gauche : Benoît Hamon souhaite taxer les robots
Benoît Hamon est revenu sur une proposition importante de son programme : la taxe sur les robots. / ©maxppp
Ajouter un commentaire