Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
#on en parle
Présidentielle 2017

Primaire à gauche : Bertrand Delanoë ne court pour personne

Dans moins d'un mois aura lieu le premier tour de la primaire de la gauche et pour les sept candidats en lice, tous les soutiens sont bons à prendre pour faire peser dans la balance. Toutefois, il ne faudra pas compter sur celui de l'ancien maire de Paris qui a confié à ses amis qu'il ne soutiendra personne. Au contraire, Bertrand Delanoë n'hésite pas à les étriller au passage.

Il n'a pas sa langue dans la poche. L'ancien maire de Paris Bertrand Delanoë a confié à ses proches qu'il ne comptait pas soutenir un seul des sept candidats à la primaire de la gauche. Alors que le premier tour du scrutin se rapproche - dimanche 22 janvier -, il n'hésite pas à donner son avis sur quelques candidats, comme la révélé le JDD dans son édition du samedi 24 décembre.

Lorsqu'il apprit la candidature de l'ancien ministre de l'Education, Vincent Peillon, l'édile a tout de suite pensé à "une plaisanterie". Un avis qui diverge avec celle qui lui a succédé à l'Hôtel de Ville. Anne Hidalgo est un de ses soutiens affichés.

Pour Bertrand Delanoë, Benoît Hamon serait le candidat "le plus sympathique et cohérent"

Aux yeux de l'ancien maire, Manuel Valls ne trouve pas grâce. "Le coup de poignard donné dans le dos de François Hollande est vraiment trop visible", aurait-il déclaré. Seul Benoît Hamon ramasse quelques compliments. Pour Bertand Delanoë, l'ancien ministre de l'éducation serait "le plus sympathique et le plus cohérent aussi", mais "sa ligne politique est à l'opposé de la mienne".

Quant aux cinq autres candidats de la primaire, il ne pipe mot. A savoir: Arnaud Montebourg, Sylvia Pinel, François de Rugy et Jean-Luc Bennahmias.

A ce jour, Bertrand Delanoë se refuse à donner des consignes de vote. Ils sont nombreux au Parti socialiste à s'abstenir de participer au débat, à l'image du chef de l'Etat lui-même, de Ségolène Royal ou encore de la maire de Lille, Martine Aubry.

Primaire à gauche : Bertrand Delanoë ne court pour personne
Bertrand Delanoë ne soutiendra personne de la primaire à gauche / ©maxppp
Ajouter un commentaire