Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
Présidentielle 2017

Primaire à gauche : Dans le camp de Manuel Valls, on promet une guerre éclair (mais efficace)

Il ne reste plus que 4 semaines à Manuel Valls pour convaincre les électeurs de faire de lui le vainqueur de la primaire de la gauche. Arrivé tardivement dans la compétition (mais moins que Vincent Peillon), l’ancien Premier ministre doit s’imposer rapidement. Dans son camp, on promet une guerre éclair et fracassante.

Contrairement à Benoît Hamon, Arnaud Montebourg ou encore Jean-Luc Bennahmias, Manuel Valls va devoir faire campagne en un temps record. Alors que les autres candidats à la primaire de la gauche sont déclarés depuis plusieurs mois, l’ancien Premier ministre a dû attraper le train en marche après le renoncement de François Hollande début décembre qui lui ouvrait, de facto, une voie royale pour se présenter. Six semaines, c’est ce qu’il restait à Manuel Valls pour convaincre ses électeurs et tenter de tailler dans le vif de la primaire pour s’imposer. Force est de constater que Manuel Valls n’a pas réussi l’arrivée en fanfare qu’il espérait. À gauche, l’ancien Premier ministre déçoit, trop comptable du bilan de François Hollande.

‘’Ce qui va compter, c’est la campagne Bliztkrieg’’

Le chef de l’État lui-même doute désormais de la victoire de son ancien Premier ministre. ‘’Il pensait que son retrait permettrait à Manuel Valls de faire une percée. Or, ce n’est pas le cas’’, confiait l’un de ses proches au Point. Dans le clan du nouveau candidat, pourtant, on ne s’inquiète de rien. Mieux, on promet de faire de ce laps de temps réduit à peau de chagrin l’occasion de lancer une ‘’guerre éclair’’. ‘’La primaire a été conçue à la base pour qu’un Président sortant puisse se refaire rapidement. Alors quoi que les uns et les autres aient pu faire avant, ce qui va compter ce sera la campagne Bliztkrieg (guerre éclair en allemand, ndlr) du 3 au 19 janvier’’, assure Luc Carvounas en référence à la tactique militaire utilisée par les Allemands lors de la Seconde Guerre mondiale. En somme, frapper vite et fort, sans faire de quartiers. De quoi mettre du plomb dans l'aile de la Belle Alliance Populaire ? 

Manuel Valls
Luc Carvounas promet que la campagne de Manuel Valls sera une guerre éclair (mais efficace) / ©maxppp
Ajouter un commentaire