Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
#on en parle
Présidentielle 2017

Primaire à gauche – le débat : Benoît Hamon, Manuel Valls, Arnaud Montebourg, qui a gagné ?

Les sept candidats de la primaire de la gauche s’affrontent ce jeudi 19 janvier au cours d’un ultime débat diffusé en direct sur France 2, Europe 1, LCP et TV5 Monde. Ce troisième et dernier débat doit permettre aux trois favoris, Arnaud Montebourg, Benoît Hamon et Manuel Valls de tirer leurs épingles du jeu.

En direct. Qui de Jean-Luc Bennahmias, Sylvia Pinel, Arnaud Montebourg, Manuel Valls, Vincent Peillon, François de Rugy et Benoît Hamon remportera la primaire de la gauche ? Le troisième débat qui a lieu ce soir, jeudi 19 janvier, peut permettre aux candidats de faire mouche et de remporter la mise. Baptisé "L’heure du choix", c’est un débat décisif qui s’ouvre à trois jours du premier tour. 

00h05 : D'après le sondage post-débat, c'est Benoît Hamon qui a été jugé le plus convaincant (29%) devant Arnaud Montebourg (21%) et Manuel Valls (21%). 

23h30 : Sylvia Pinel perd le fil de son raisonnement coupée par Jean-Luc Bennahmias. "C'est assez désagréable", grommelle-t-elle. 

23h16 : Les candidats évoquent "le cas Macron". Benoît Hamon compare l'aventure Macron "classique" avec des idées développées par Tony Blair il y a 20 ans. Arnaud Montebourg ne croit pas à la bulle Macron. " Il y a les sondages, il y a les suffrages. Le sondage, c'est 1000 personnes, le suffrage, c'est 2- 3 millions" déclare-t-il et cite Martine Aubry : "Quand il y a un loup, c'est flou".  "Macron ne nous fait pas peur", estime Vincent Peillon qui croit que le candidat "reviendra" chez les socialistes. 

23h10 : Petit clash entre Manuel Valls et Vincent Peillon et leur vif échange sur l'utilisation du mot "guerre" pimente le débat. 

22h50 : Interrogés sur des questions "internationales," tous les candidats refusent de discuter avec Bachar- Al- Assad... excepté Jean-Luc Bennahmias qui explique qu'il faut tout de même "parler avec ses ennemis". 

22h42: Pour Jean-Luc Bennahmias, la France est un pays " de machos". "Nous sommes un vieux pays de machos, très ancien. Nous avons mis un temps fou à accorder aux femmes le droit de vote. (...) Il ne faut pas attendre grand-chose des hommes. Il faut que les femmes se battent. 

22h37: "Il faut lutter contre les stéréotypes et les clichés qui durent depuis l'enfance. Ne pas considérer qu'il y ait des métiers interdits aux femmes", déclare Sylvia Pinel au sujet de l'égalité hommes- femmes.  "Il faut ouvrir la PMA à toutes les femmes", ajoute-t-elle. 

22h20 : La politique carcérale est abordée. Benoît Hamon est  favorable a des alternatives pour lutter contre la surpopulation carcérale. "Il faut une réponse pénale à tout délit" pour François de Rugy. Arnaud Montebourg rend hommage au travail de Christiane Taubira. "Sa contrainte pénale était une bonne mesure", affirme-t-il. Manuel Valls veut "ouvrir 10 000 places supplémentaires en prison, idéalement 16 000". 

22h08 : Place à la minute "carte blanche". Les candidats ont une minute pour évoquer un sujet qui leur tient à coeur. Pour Manuel Valls, c'est le service publique obligatoire. François de Rugy a piqué la carte blanche de Benoît Hamon, le candidat est obligé de border sur un projet de loi sur l'euthanasie. 

21h45 : Benoît Hamon et sa proposition sur le revenu universel  essuient encore les critiques des autres candidats. "Attention de ne pas laisser passer les déficits" dit Manuel Valls. « C’est un coup de bambou fiscal. ( …) C’est un deuxième budget de l’Etat», estime Arnaud Montebourg. « T’as pas le droit », réplique Benoît Hamon qui ne se laisse pas faire. « Explique-nous comment financer ton revenu » lui lance Sylvia Pinel. « Suffit de lire », rétorque l’ex-ministre de l’Education. Seul Jean-Luc Bennahmias salue la proposition du député frondeur. 

21h28 : La dette publique grande absente des programmes des candidats ? 21h28 : La dette publique grande absente des programmes des candidats ? Seuls Manuel Valls, qui veut passer sous les 3% en 2017 et Arnaud Montebourg, qui table sur 2,5% en 2022, ont un objectif chiffré comme le rappellent Les Décodeurs. 

21h11 : Les candidats abordent la protection sociale. Arnaud Montebourg veut une mutuelle pour tout le monde à 10 euros par mois. « Il y a 36% des Français qui ont renoncé à des soins. Dans les Monts de Piété, il y a des gens qui mettent en gage une partie de leur patrimoine pour financer une petite opération », déclare l’ancien ministre du Redressement productif. 

21h05 : La première question porte sur la vague de froid et les SDF. «  Nos concitoyens peuvent agir en louant les logements inoccupés », déclare Sylvia Pinel. « Notre pays a les moyens de faire davantage pour ceux qui n’ont rien », indique Vincent Peillon. «  Je me méfie des slogans », répond Manuel Valls à la question d’une promesse de zéro sans-abri à la fin d’un quinquennat.

20h59: Les journalistes Léa Salamé, David Pujadas et Fabien Namias rappellent les règles de ce troisième débat. Des règles à retrouver en cliquant ici

20h35 : Il fera 19 degrés sur le plateau. Une température qui devrait permettre aux candidats de ne pas transpirer selon les organisateurs. Il faudra espérer que François de Rugy trouvera cette température agréable. En effet, le candidat écologiste s’était plaint du froid sur le plateau la semaine dernière. 

 

Primaire à gauche : le troisième débat va-t-il faire mieux que les deux premiers ?
Les sept candidats de la primaire de la gauche s’affrontent ce soir au cours d’un troisième débat / ©Capture d'écran France 2
Ajouter un commentaire