Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
#on en parle
Présidentielle 2017

Primaire à gauche - Le Débat : Échanges tendus entre Vincent Peillon et Manuel Valls sur l’accueil des réfugiés (Vidéo)

Le deuxième débat de la gauche s’annonce plus animé que le premier. Problème, c’est avant tout Manuel Valls qui fait les frais de l’énergie débordante des autres concurrents. Benoît Hamon et Vincent Peillon en tête, n’hésite pas à critiquer la politique de l’ancien Premier ministre.

Manuel Valls serait-il le Nicolas Sarkozy de la primaire de la gauche ? Épargné lors du premier débat, l’ancien Premier ministre encaisse les coups depuis le début de la soirée, tout comme l’ancien Président en son temps. C’est Benoît Hamon  qui a ouvert le feu le premier, en taclant Manuel Valls sur sa position sur l’accueil des réfugiés. ‘’Je voudrais dire à Manuel Valls que c’est l’honneur de la France que de faire vivre ses valeurs, notamment à l’égard des réfugiés et des migrants. On a eu le sentiment qu’objectivement, au regard de ce que nous sommes, nous avons été parmi les moins volontaires’’, a noté l’ancien ministre de l’Éducation.

Tout comme au cours du premier débat, Manuel Valls s’agace d’être le seul à défendre le bilan du quinquennat socialiste. ‘’J’en ai assez qu’ici comme ailleurs, on mette sans cesse en cause la France, rage Manuel Valls. Sans la France, le Mali aurait été déstabilisée et aurait connu une crise migratoire. C’est l’honneur de la France d’avoir tenu cette politique. Quand on ouvre les frontières, on doit être capable de les maîtriser’’, a-t-il tranché.

Dans le sillon de Benoît  Hamon, Vincent Peillon a sèchement recadré Manuel Valls. ‘’On critique une politique menée au nom de la France, pas la France’’, a-t-il rétorqué. Et l’ancien ministre de rappeler le discours de Manuel Valls sur les réfugiés. En février dernier, l’ancien Premier ministre s’était montré très critique envers la politique d’accueil d’Angela Merkel, arguant que ‘’l’Europe ne peut plus accueillir de réfugiés’’. ‘’Il y a eu une gêne, y compris du Président de la République’’, lui rappelle Vincent Peillon. ‘’Je ne savais pas que vous aviez des conversations intimes avec le Président’’, grince Manuel Valls, avec un sourire crispé qu’on a déjà vu ailleurs. Ambiance sur le plateau.

Manuel Valls et Vincent Peillon
Vincent Peillon tacle le discours anti-Merkel de Manuel Valls qui aurait ''gêné'' François Hollande / ©capture Itélé
Ajouter un commentaire