Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
#on en parle
Présidentielle 2017

Primaire à gauche – le Débat : Jean-Luc Bennahmias pousse un coup de gueule

Jeudi soir avait lieu le premier débat de la primaire de la gauche en direct sur TF1. L’occasion pour les sept candidats de défendre leur programme, mais aussi l’opportunité pour Jean-Luc Bennahmias de pousser un petit coup de gueule et de s’insurger contre le temps de parole accordé aux différents candidats.

Jeudi 12 janvier avait lieu le premier débat de la primaire à gauche. Il opposait sept candidats : Manuel Valls, Arnaud Montebourg, Benoît Hamon, Vincent Peillon, Sylvia Pinel, François de Rugy et Jean-Luc Bennahmias. Alors que le débat se déroulait sans animosité particulière, le candidat du Front démocrate a poussé son petit coup de gueule après 50 minutes de débat, coupant presque la parole à Manuel Valls sur le pouvoir d’achat : "Je voudrais mettre un tout petit peu les pendules à l’heure."

Le candidat du Front démocrate n’est pas satisfait de la répartition du temps de parole entre les candidats et le fait savoir : "Il y a des sujets sur lesquels les sept candidats (…) sur les sujets comme l’emploi, le pouvoir d’achat, peuvent parler de la même manière. Et déjà le retard accumulé par ce qu’on appelle les trois petits candidats, je m’en excuse auprès de mes deux collègues, c’est quand même beaucoup."

Jean-Luc Bennahmias s’emporte en plein direct

Jean-Luc Bennahmias a poursuivi son coup de gueule : "Je vous le dis quand même, il n’y a pas ici de candidats qui ont la parole sur de grands sujets et d’autres, qui parleraient de sujets annexes. Je vous le dis car pendant la campagne, et depuis le démarrage de la campagne, ça a été un peu trop souvent le cas. Et je ne revendique rien mais je dis que nous avons autant d’idées à cette tribune que l’ensemble des candidats qui se présentent."

Elisabeth Martichoux (RTL), l’une des journalistes animant le débat s’excuse alors : "Désolée si on a semblé vous sous-traiter, ce n’était pas le cas." Une réponse que Jean-Luc Bennahmias semble accepter. Il laissera par la suite la parole à Sylvia Pinel, rétorquant qu’il n’avait pas du tout fait cette remarque sur le ton de la colère. En début de débat, le candidat du Front démocrate avait confié aux journalistes présents être très stressé avant le débat.   

Primaire à gauche – le Débat : Jean-Luc Bennahmias pousse un coup de gueule
Jean-Luc Bennahmias est revenu sur le temps de parole accordé selon lui, aux petits candidats / ©maxppp
Ajouter un commentaire