Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
#on en parle
Présidentielle 2017

Primaire à gauche : Le fiasco se profile... et ça pourrait faire mal

A deux semaines du premier tour de la primaire de la gauche, le scrutin peine encore à passionner les Français. A tel point qu’un vrai fiasco commence à être envisagé. Et si ce scénario se confirme, il pourrait avoir de lourdes conséquences.

Attention au mur. A deux semaines du premier tour de la primaire de la gauche, le constat est sans appel : les Français peinent à se passionner pour le scrutin comme ils s’étaient passionnés pour la primaire de la droite et du centre. Fin novembre, 4,3 et 4,4 millions d’électeurs s’étaient déplacés au premier puis au second tour pour désigner François Fillon comme le candidat de la droite. Jeudi 5 janvier sur Europe 1, Jean-Christophe Cambadélis tablait, lui, sur un chiffre entre 1,5 et 2 millions de votants. Moins de la moitié, ça ferait déjà très mal. D’autant que ce serait également moins que le nombre d’électeurs qui s’étaient déplacés pour désigner François Hollande comme le candidat du PS en 2011 (2,7 puis 2,9 millions, ndlr).

Moitié moins d'électeurs qu'à la primaire de la droite et du centre ?

Preuve que les Français peinent à se passionner pour la primaire de la gauche, ils sont 42% à se dire intéressés par le scrutin mais les trois quarts ne savent même pas quand aura lieu le premier tour. Alors que celui-ci est prévu dans deux semaines, le 22 janvier. Et ce fiasco pourrait avoir de graves répercussions. D’abord parce que si les chiffres évoqués par Jean-Christophe Cambadélis s’avéraient exacts, François Fillon aurait regroupé plus de voix à lui seul que toute la primaire de la gauche. De quoi douter de la légitimité du candidat de la gauche. Ensuite parce que ce désintérêt pour les candidats du PS renforcerait la légitimité de leurs deux rivaux principaux : Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon. Et risquerait d’aboutir sur une bien mauvaise  surprise pour le Parti Socialiste au premier tour de la présidentielle. Enfin, et ce n’est pas à négliger, un fiasco de la primaire de la gauche aurait des conséquences importantes sur les finances du PS. Si au moins 1,75 million d’électeurs ne se présentent pas aux urnes à chacun des deux tours, le parti ne rentrera pas dans ses frais. Quelques voyants d’alerte commencent à clignoter...

Primaire à gauche : Le fiasco se profile... et ça pourrait faire mal
La primaire de la gauche s'annonce délicate / ©maxppp
Ajouter un commentaire