Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
#on en parle
Présidentielle 2017

Primaire à gauche : Jean-Christophe Cambadélis estime que ce n’est pas "open bar"

En conférence de presse ce jeudi 8 décembre, Jean-Christophe Cambadélis a refusé la participation de trois candidats, assurant que la primaire de la Belle Alliance Populaire n’était pas "open bar."

Exit les petits candidats. Ce jeudi 8 décembre, Jean-Christophe Cambadélis a tenu une conférence de presse afin de préciser les contours de la primaire de la belle Alliance Populaire. Pour l’heure, de nombreux candidats ont fait savoir qu’ils voulaient participer au scrutin, mais tous ne seront pas retenus. Trop de candidatures, selon le premier secrétaire du parti socialiste : "Nous sommes un peu victime de notre succès. Tout le monde veut en être. Mais je tiens à dire que la primaire de la gauche ce n’est pas open bar. Il faut mettre un peu d’ordre si nous voulons que messieurs Macron et Mélenchon puissent participer à cette primaire." La porte est ouverte, pourtant Emmanuel Macron avait clairement fait savoir ce 8 décembre sur BFMTV qu’il ne souhaitait pas y participer.

Sur la "forme" le premier secrétaire du parti socialiste a recalé trois candidats : "C’est la primaire de la Belle Alliance populaire.(…) On ne peut pas accepter "Nouvelle donne" et Monsieur Larrouturou, le MRC de Bastien Faudot, ni le MDP de Sébastien Nadot. En effet, leurs mouvements ne font pas partie de la Belle Alliance Populaire, la condition obligatoire pour participer au scrutin.

Jean-Christophe Cambadélis évince les petits candidats au profit d’Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon

Jean-Christophe Cambadélis  a également déploré le nombre trop important de candidats ancrés à la gauche du parti socialiste : "Quatre candidats pour une même ligne politique ça fait beaucoup, et si nous voulons qu’il y ait de la clarté dans le débat, il est nécessaire de faire en sorte que tout le monde ne se présente pas." 

Au sujet du "ton" de la primaire, Jean-Christophe Cambadélis a tenu a faire un rappel à l’ordre à Marie-Noel Lienemann en évoquant la charte éthique : "On ne peut dire que Manuel Valls a eu tort (...) parce qu’il a dit que les gauches étaient irréconciliables et estimer qu’on ne peut pas se rassembler avec Manuel Valls." Il a tenu à préciser : "On se rassemblera avec celui ou celle qui gagnera. C’est la primaire qui fait l’unité, ce n’est pas au candidat de décider en lieu et place des électeurs."

En fin de discours, le premier secrétaire du parti socialiste a déclaré qu’il avait envoyé une lettre à Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon pour leur demander "de rejoindre la primaire de la gauche" : "Je crois que c’est nécessaire au regard des enjeux pour le pays et la gauche." Jean-Christophe Cambadélis a également précisé qu’un "débat public" aurait lieu "devant l'opinion" entre Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon et lui-même. Pourtant, leurs deux mouvements ne font pas non plus partie de le Belle Alliance Populaire. 

Primaire à gauche : Jean-Christophe Cambadélis estime que ce n’est pas
Jean-Christophe Cambadélis estime qu’il y a trop de candidats déclarés à la primaire de la Belle Alliance Populaire / ©maxppp
Ajouter un commentaire