Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
Présidentielle 2017

Primaire à gauche : Stéphane Le Foll soutiendra-t-il Manuel Valls ?

Manuel Valls doit annoncer sa candidature à la primaire de la gauche ce lundi 5 décembre, en fin de journée, lors d’un déplacement dans son fief d’Evry dans l’Essonne. Une candidature qui n’est pas fermement soutenue par Stéphane Le Foll.

Pas de soutien inconditionnel. François Hollande a annoncé jeudi 1er décembre qu’il ne se présenterait pas à la prochaine présidentielle. Le chef de l’Etat laisse ainsi la gauche se disputer sa succession. Son rassemblement ne semble pas être pour maintenant. Beaucoup seront candidats à la primaire de la gauche en janvier prochain. Pour le moment ils sont huit en lice : Arnaud Montebourg, Benoît Hamon, Marie-Noel Lienemann, Gérard Filoche, François de Rugy, Pierre Larrouturou, Jean-Luc Benhamias … et Manuel Valls. Le premier Ministre doit déclarer sa candidature ce lundi 5 décembre lors d’un déplacement à Evry.

Beaucoup de candidats, et une seule place à prendre. Et une fois le candidat de la gauche désigné, il faudra se rassembler derrière sa candidature. Une situation qui ne plait visiblement pas à Stéphane Le Foll. Ce lundi 5 décembre, au micro de France Info, le porte-parole du gouvernement a refusé de s’engager à voter pour le vainqueur de la primaire à gauche : "Je n'ai pas envie de répondre à votre question," a-t-il répondu aux journalistes.

Stéphane Le Foll s’en prend à Arnaud Montebourg

Stéphane Le Foll, très proche de François Hollande, a par la suite vivement critiqué Arnaud Montebourg lorsqu’il a appelé, le 25 novembre dernier, l’électorat de droite à voter à la primaire de la gauche en janvier prochain, et ainsi éliminer François Hollande : "Je n’ai pas beaucoup de goût pour ce que peut proposer, par exemple, Arnaud Montebourg. Qui a dit beaucoup de choses, en particulier, il a appelé des gens de droite pour battre François Hollande. A l’époque j’ai été le seul à dire que ce n’était pas comme ça que l’on faisait une primaire. Il y aurait dû y avoir un peu plus de lignes directrices … de la part du premier secrétaire du PS."

Au sujet de Manuel Valls, Stéphane Le Foll ne se prononce pas clairement. Le porte-parole du gouvernement a confié qu’il "prendrait du temps et du recul." Au sujet des hollandais qui soutiennent Valls il a annoncé : "Je ne suis pas comme les autres. La gauche a besoin de se rassembler. Je veux d'abord voir les grands enjeux, les lignes directrices." Pas de soutien net donc, de Stéphane Le Foll au sujet de l’actuel premier Ministre : "On verra. Il incarnera cette gauche de gouvernement. C'est important mais au-delà de ce qu'il incarne, il y aura aussi les pistes et les projets à mettre sur la table." Et de regretter, un brin amer, de ne pas être informé de l’officialisation de sa candidature prévue ce lundi 5 décembre : "Les ponts ne sont pas coupés. Mais il n'appelle pas son porte-parole pour annoncer sa candidature à la présidentielle." Stéphane Le Foll  juge que Manuel Valls "avait envie d’être candidat." Une situation qui semble attrister le porte-parole du gouvernement, lui qui aurait souhaité que François Hollande brigue un second mandat. 

A la question de savoir s'il serait prêt à remplacer Manuel Valls à Matignon, Stéphane Le Foll laisse la porte ouverte : "Je ne dis pas non, j'ai toujours assumé mes responsabilités." Le porte-parole du gouvernement ajoute : "Mais ce n'est pas moi qui décide." François Hollande devrait annoncer le nom du nouveau locataire de Matignon dans les heures qui viennent.

 

Primaire à gauche : Stéphane Le Foll soutiendra-t-il Manuel Valls ?
Stéphane Le Foll ne soutient pas pour le moment la candidature Manuel Valls à la primaire de la gauche. / ©maxppp
Ajouter un commentaire