Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
#on en parle
Présidentielle 2017

Primaire à gauche : Vincent Peillon évoque les "fautes lourdes" de Manuel Valls

Invité de Jean-Jacques Bourdin sur RMC lundi 2 janvier, Vincent Peillon a fait une rentrée médiatique offensive. Le candidat à la primaire de la gauche a évoqué les "fautes lourdes" commises, selon lui, par Manuel Valls pendant son mandat de Premier ministre.

Offensif. Après avoir déposé sa candidature à la primaire de la gauche le 11 décembre dernier, Vincent Peillon savait qu’il n’avait plus une minute à perdre pour convaincre les Français. Moins médiatisé ces derniers mois que Manuel Valls ou même qu’Arnaud Montebourg et Benoît Hamon, l’ancien ministre de l’Education nationale a choisi de mener une campagne offensive. Et il a fait de l’ancien Premier ministre sa cible privilégiée, critiquant tour à tour fin décembre le "traitement de faveur" dont il bénéficierait de la part des médias et son refus d’assumer son bilan en tant que chef du gouvernement.

Vincent Peillon accuse Manuel Valls

Pour sa rentrée médiatique ce lundi 2 janvier, Vincent Peillon ne semble pas avoir décidé de changer sa ligne de conduite. Et c’est encore Manuel Valls qui en a pris pour son grade sur RMC. Alors que Jean-Jacques Bourdin lui demandait si l’ancien Premier ministre avait bien gouverné ou non, Vincent Peillon a totalement éludé la question et s’en est pris à son rival à la primaire de la gauche : "Moi je suis l'homme de l'examen du droit d'inventaire. Il y a eu des bonnes choses, mais il y a eu des fautes lourdes de commises" a-t-il déclaré sans en dire plus sur ces fameuses "fautes lourdes". Le recours au 49.3 et la déchéance de nationalité semblent toutefois être de très bons candidats.

Primaire à gauche : Vincent Peillon évoque les
Vincent Peillon critique encore Manuel Valls / ©(c) Maxppp
Ajouter un commentaire