Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
#on en parle
Présidentielle 2017

Primaire de la droite et du centre : la liste des candidats

Les inscriptions à la primaire de la droite et du centre sont closes. Après une recherche de parrainages parfois éprouvante, ils seront huit sur la ligne de départ, sept hommes et une femme. À condition que leur participation soit confirmée par la Haute Autorité en charge de la primaire, le 21 septembre prochain. Retour sur les huit candidats qui seront sur la ligne de départ.

La course est terminée, les candidats de la primaire de la droite et du centre sont désormais connus. Alors qu'ils étaient treize en lice, seuls huit d'entre eux devraient finalement se qualifier pour la course. Il reste toutefois à attendre la confirmation de la Haute Autorité en charge de la primaire, qui doit vérifier la recevabilité de chacun des parrainages. Elle rentra son verdict le 21 septembre. Passage en revue des candidats.

-   Alain Juppé

Sans surprises, l’ancien Premier ministre a réuni les parrainages nécessaires à la validation de sa candidature. Gilles Boyer, son conseiller politique, a confirmé sur Twitter peu avant 17h qu’ils avaient déposés les parrainages de ‘’72 parlementaires, 1011 élus locaux et 4543 adhérents’’. Alain Juppé, en tête dans les derniers sondages, se pose en rassembleur de la droite et du centre. À ce titre, il a déjà reçu le soutien de nombreux adhérents. Il avait été le premier à annoncer sa candidature en août 2014.

-   Nicolas Sarkozy

Pas de surprises là non plus. Malgré une candidature annoncée fin août avec la sortie de son livre, Tout pour la France, l’ancien président a largement réuni le nombre nécessaires de parrainages pour postuler à la primaire. Gérald Darmanin et Christian Jacob se sont rendu à la Haute Autorité ce matin pour déposer les parrainages des élus et adhérents et de quelques 103 parlementaires. Nicolas Sarkozy n'est plus qu'à deux points (33%) de rattraper Alain Juppé (35%). Son renvoi en correctionnelle dans l’affaire du financement de sa campagne de 2012 risque toutefois d’entacher ses envies de reconquête du pouvoir.

-   Bruno Le Maire

La participation de Bruno Le Maire est elle aussi assurée de longue date. L’ancien ministre de Nicolas Sarkozy a déposé ses parrainages dès le mois de mai auprès de la Haute Autorité. Il avait annoncé sa candidature depuis Vesoul en Haute-Saône, au mois de février. Bruno Le Maire entend incarner le ‘’renouveau’’ de la politique française. Arrivé second dans la campagne pour prendre la tête du parti les Républicains, encore UMP, il bénéficie du soutien de nombreux adhérents.

-    François Fillon

L’ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy est bien décidé à ne pas laisser passer sa chance en 2017. Déclaré candidat dès le mois d’avril 2015 dans les colonnes du Point, il ne cache plus ses ambitions présidentielles. Au coude à coude avec Bruno Le Maire dans les sondages, il a durci le ton lors de son discours de rentrée à Sablé-sur-Sarthe en s’en prenant violemment à Nicolas Sarkozy. Il occupe pour l’instant la quatrième place dans les sondages.

-  Nathalie Kosciusko-Morizet

Nathalie Kosciusko-Morizet a fait durer le suspens sur sa participation à la primaire. La députée de l’Essonne, qui avait annoncé sa candidature dès le mois de mars sur le plateau de TF1,  n’a eu de cesse de dénoncer une primaire volontairement inaccessible aux ‘’petits candidats’’. Nathalie Kosciusko-Morizet a annoncé avoir recueilli le nombre de parlementaires requis sur le plateau de France 2 jeudi soir. Elle a déposé son dossier de candidature tôt ce vendredi à la Haute Autorité en charge de la primaire.

-   Jean-François Copé

L’ancien président de l’UMP a annoncé dès le 2 septembre qu’il avait réuni les parrainages nécessaires. Le député-maire de Meaux avait annoncé sa candidature sur le plateau du JT de France 2 à la mi-février. Jean-François Copé avait préféré attendre de savoir s’il serait mis en examen dans l’affaire Bygmalion pour se lancer dans la course.

-   Hervé Mariton

Quand à Hervé Mariton, il se qualifie in extremis. Alors qu’il avait réussi à réunir 20 parlementaires prêts à le soutenir, l’un d’entre eux s’est désisté au dernier moment. Il a finalement pu compter sur le soutien de Jean-Christophe Fromantin qui a choisi de le parrainer à la dernière minute pour garantir ‘’la pluralité des débats’’. Hervé Mariton qui se définit comme ‘’libéral sur les questions économiques, conservateurs sur celles de société’’, avait annoncé sa participation dès septembre 2015.

-   Jean-Frédéric Poisson

Le président du Parti chrétien-démocrate n’a pas eu besoin de passer par la case parrainage pour confirmer sa candidature à la primaire de la droite et du centre. Grâce à un accord passé avec le parti les Républicains, Jean-Frédéric Poisson est automatiquement qualifié pour la course. La charte de la primaire prévoit en effet que les candidats issus d’autres partis puisse se présenter sous leurs conditions, sans parrainages donc.

Bonus : Frédéric Lefebvre

Le député des Français d’Amérique du Nord n’a pas réussi à réunir le nombre de parrainages requis. Qu’à cela ne tienne, il a décidé de tenter sa chance par la petite porte : il souhaite se présenter sous l’étiquette de son micro-parti, Nouveaux Horizons. Il espère pouvoir faire appliquer la même règle appliquée pour Jean-Frédéric Poisson. Frédéric Lefebvre a déposé sa candidature à la Haute Autorité en milieu d’après-midi, qui statuera sur sa validité le 21 septembre. Frédéric Lefebvre s’était déclaré candidat dès le mois de janvier 2016 en assurant porter ‘’un projet différent’’. Tout comme Nathalie Kosciusko-Morizet, il a largement dénoncé les conditions de la primaire tout au long de sa recherche de parrainages. 

La Haute Autorité a également reçu la participation de deux autres de candidats qui souhaitent se présenter sous l'étiquette d'un autre parti que Les Républicains, ce qui porte à onze le nombre de candidats déclarés. Leurs candidatures seront examinées au même titre que les autres et validées ou non le 21 septembre prochain.

Alain Juppé
Les huit candidats désignés à la primaire de la droite et du centre / ©maxppp
Ajouter un commentaire