Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
#on en parle
Présidentielle 2017

Les Républicains : l'objectif est de supprimer 500.000 fonctionnaires sauf dans les hôpitaux

Le sénateur du parti Les Républicains Bruno Retailleau était l'invité d'Europe 1, Itélé, et les Echos le dimanche 15 janvier. Et dans son discours, Bruno Retailleau a marqué toute "la constance" du candidat François Fillon.

François Fillon ne changera pas son programme. C'est ce qu'il avait indiqué lors de son investiture à la Mutualité à Paris le samedi 14 janvier. Il avait alors dénoncé les "zig zags" de la gauche et particulièrement de François Hollande. "Ce projet, je vais l'expliquer, je vais le préciser, l'enrichir de vos meilleurs idées, mais pas de zig zags, pas de camomille. Je m'appelle François Fillon, pas François Hollande", avait-il déclaré.

Face aux propos de François Fillon lors de son investiture, Bruno Retailleau a ajouté qu'il "était serein et constant", lors du Grand Rendez-Vous Europe 1, Les Echos, et Itélé le dimanche 15 janvier.

"Ce qui a été son atout pendant la campagne de la primaire de la droite, au-delà de son projet, ce sont ses qualités personnelles, sa personnalité. Les Français ne veulent plus de zig zag. Et je crois que la cohérence de François Fillon et sa constance sont des qualités que les Français apprécient".

Bruno Retailleau confirme l'objectif de supprimer 500.000 fonctionnaires

Patron des sénateurs Les Républicains et proche de François Fillon, Bruno Retailleau a confirmé que l'objectif était bel et bien de supprimer 500.000 postes de fonctionnaires. Toutefois, le sénateur a tenté de rassurer les Français : ce ne sera pas dans les hôpitaux "qu'on peut faire des économies".

"Notre système de santé est à bout de souffle. Les hôpitaux sont engorgées, on a trop dévalorisé un parcours de santé avec le rôle des généralistes". Selon lui, "il ne s'agit pas de réduire les effectifs de la fonction publique hospitalière, elle a été totalement désorganisée par les 35 heures".

Présidentielle 2017 :
Le sénateur du parti Les Républicains Bruno Retailleau était l'invité d'Europe 1, Itélé, et les Echos le dimanche 15 janvier. Et dans son discours, Bruno Retailleau a marqué toute "la constance" du candidat François Fillon. / ©maxppp
Ajouter un commentaire
Breaking News